×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Pétrole: La consommation s’annonce plus faible

Par L'Economiste | Edition N°:3593 Le 11/08/2011 | Partager
La demande pourrait chuter en cas de ralentissement de l’économie
Le baril de Brent s’échangeait à 106,59 dollars

(Source: Opep)
L’Opep a légèrement revu à la baisse sa prévision de demande de brut pour 2011 et 2012 en raison notamment des inquiétudes sur la santé des économies des pays développés

L’Opep et l’administration américaine sont pour une fois d’accord. La demande mondiale d’or noir s’annonce plus faible que prévue cette année. Les inquiétudes concernant la croissance et les cours élevés du brut ont réduit la demande dans les pays de l’OCDE.
Compte tenu de l’essor des pays émergents, la demande mondiale va toutefois continuer à augmenter. Menée par la Chine, la croissance devrait dépasser celle de l’offre des pays hors Opep. «Ce qui mènera les marchés à s’appuyer pour combler l’écart à la fois sur des prélèvements dans les réserves stratégiques et sur des hausses de production dans les pays de l’Opep», selon un rapport de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole.
Au total, le cartel a réduit sa prévision de 150.000 barils par jour (bpj) et prévoit pour 2011 une croissance de la demande mondiale de brut de 1,21 million de barils par jour. Pour 2012, l’Opep abaisse de façon marginale sa prévision de croissance de la demande, de 20.000 bpj, à 1,3 million de barils par jour.
De son côté, l’Agence américaine d’information sur l’énergie, qui dépend de l’administration fédérale, a abaissé de 60.000 bpj, à 1,37 million de barils par jour, sa prévision de progression de la demande mondiale pour 2011. Elle a en revanche relevé sa prévision sur 2012 dans les mêmes proportions, à 1,64 million.
A noter que les cours du pétrole se reprenaient nettement, hier mercredi. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre s’échangeait à 106,59 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres. Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour la même échéance s’est terminé à 82,58 dollars. Une réunion d’urgence pourrait être organisée si un trop fort recul des cours venait à inquiéter les pays membres de l’organisation.
Pour sa part, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a légèrement relevé sa prévision de demande mondiale de pétrole pour 2012. En dépit des incertitudes économiques, le Japon devrait consommer davantage d’or noir en raison de l’arrêt de ses centrales nucléaires. En revanche, sa prévision de croissance de la demande mondiale pour 2011 a été un peu revue à la baisse, à +1,4%. Mais si le PIB mondial devait progresser autour de 3% au lieu des 4% prévus pour 2011/2012, cela diminuerait la demande mondiale de 300.000 barils par jour en 2011 et de 1,3 mbj en 2012, prévient l’AIE. Son scénario de croissance actuel peut sembler optimiste vu le climat du moment, selon les analystes.

F. Z. T.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc