×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Les immobilières s’effondrent en Bourse

    Par L'Economiste | Edition N°:3593 Le 11/08/2011 | Partager
    Addoha baisse de 21%, - 38% pour CGI, Alliances cède 14%
    La performance du groupe de Sefrioui interpelle plus que les autres
    Le CDVM valide le programme de rachat d’actions de l’opérateur

    Le peu d’opérateurs de construction pour répondre à la réalisation des 25.000 à 30.000 logements sociaux/an pourrait être handicapant pour les promoteurs immobiliers, note une source du marché

    Sale temps pour les immobilières en Bourse. Les promoteurs assistent quasi impuissants à l’effondrement de leurs cours depuis le début de l’année. En séance mercredi, Alliances affichait une baisse de 14%. Addoha et CGI cédaient respectivement 21 et 38%.
    Addoha a enregistré le plus gros de sa contre-performance sur les trente derniers jours, l’action ayant reculé de 95 à 77,5 DH. L’attention est principalement portée sur la compagnie immobilière puisqu’il s’agit d’un des principaux animateurs du marché.
    Actuellement, «les investisseurs veulent éviter toute mauvaise surprise, ce qui fait qu’ils s’attaquent aux grosses capitalisations», commente un analyste. Ces capitalisations offrent une meilleure liquidité, mais surtout les investisseurs y sont le plus exposés. «La vague de correction a commencé par Attijariwafa bank, s’est étendue à Maroc Telecom après la publication des résultats. Maintenant, c’est au tour d’Addoha», relève une source du marché.
    Les investisseurs sont très vigilants, d’autant plus que les infos de marché font état d’une appréhension sur les résultats semestriels du promoteur immobilier. Il reste que la crainte est la même, chaque année, pour l’opérateur à pareille période. Or, le secteur enregistre généralement le plus gros du business au second semestre.
    D’un autre côté, l’ampleur des chantiers dans le social - 25.000 à 30.000 logements/an -, avec en face peu d’opérateurs dans la construction, pourrait être handicapante pour les promoteurs immobiliers, note une source du marché.
    L’année dernière, Addoha a réalisé près de 78% de ses ventes dans le social et l’intermédiaire, soit 5,9 milliards de DH, selon Attijari Intermédiation.
    Cependant, une explication, plus plausible de la chute du cours d’Addoha ces dernières séances se trouve dans la baisse de sa pondération dans le Masi (cf. www.leconomiste.com du 10 août 2011). Elle est ramenée en dessous de 10%. Pour rappel, les investisseurs ont la possibilité de détenir jusqu’à 15% des valeurs dont la pondération est supérieure ou égale à 10%. Aujourd’hui, les OPCVM devront effectuer des arbitrages à la vente pour aligner leur portefeuille à la pondération d’Addoha. Selon les textes, ils disposent d’un délai d’un mois pour le faire. Ce qui a peut-être commencé avec les gros volumes enregistrés sur le cours du promoteur immobilier ces dernières séances.
    Addoha, pour sa part, vient d’obtenir le visa du CDVM pour son programme de rachat d’actions. Un programme qui est supposé permettre une régularisation du cours en Bourse. Il se déroulera du 7 septembre 2011 au 6 mars 2013. La fourchette des prix d’intervention est fixée à 100 DH au minimum à la vente et 160 DH maximum à l’achat. Addoha pourra acquérir jusqu’à 3,15 millions d’actions, soit 1% du capital. Le montant de l’opération, lui, est estimé à 504 millions de DH. L’opérateur financera son programme par des prêts bancaires ou encore grâce à sa trésorerie.

    F.Fa

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc