×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprise Internationale

    Mediator: Servier poursuivi pour escroquerie

    Par L'Economiste | Edition N°:3593 Le 11/08/2011 | Partager
    Les plaintes émanent des organismes de remboursement maladie
    Le laboratoire pourrait écoper d’une amende de 1 milliard d’euros

    Le médicament Mediator fait encore parler de lui. Après la plainte pour tromperie et homicide, c’est au tour des régimes sociaux d’accuser les laboratoires Servier d’escroquerie

    ENCORE une sale affaire pour le laboratoire Servier, producteur du médicament Mediator. Après les premières accusations d’homicide et de tromperie, c’est au tour des régimes sociaux français de porter plainte pour escroquerie. En effet, le parquet de Paris a décidé d’élargir l’enquête en cours à l’escroquerie au préjudice des caisses de Sécurité sociale et des mutuelles. Jusqu’à présent, les investigations ne concernaient que deux informations judiciaires: «tromperie aggravée» et «homicides et blessures involontaires». Le parquet de Paris a pris donc un réquisitoire supplétif sur ce dossier. Déposée en février dernier, la plainte pour escroquerie avait permis l’ouverture d’une enquête judiciaire qui aboutit aujourd’hui.
    Les plaintes émanent de l’Assurance-maladie et des mutuelles, autrement dit de l’ensemble des organismes qui ont été amenés à rembourser Mediator.
    Le laboratoire est soupçonné d’avoir fait passer Mediator pour un médicament à bénéfice thérapeutique pour le diabète, alors qu’en réalité il s’agit d’un anorexigène (coupe –faim).Une démarche dont l’objectif était de bénéficier de la prise en charge par les régimes sociaux, et qui représente pour le parquet une possible escroquerie. D’autant plus que le médicament a été remboursé à hauteur de 65% pendant toute la durée de commercialisation qui s’est étendue de 1976 à 2009.
    L’amende à payer pourrait être très élevée pour les laboratoires. Ainsi, si toute la durée de vie du produit est retenue par le tribunal, soit près de 33 ans, Servier devrait rembourser ces organismes d’environ un milliard d’euros. Quant au médicament, sa commercialisation a pris fin en novembre 2009. Le prétendu antidiabétique aurait causé la mort de plus de 500 patients depuis 1976 en France et pas moins de 5 millions de malades l’ont utilisé. Le 4 août dernier, un fonds d’indemnisation pour les victimes du Mediator a été officiellement constitué.
    Le prochain rendez-vous avec la justice aura lieu le 26 septembre à Nanterre avec trois citations directes. Ces dernières visent notamment le fondateur du laboratoire Jacques Servier, dont le procès aura lieu au printemps 2012.

    Karim AGOUMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc