×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Niveaux record pour le prix de l’or

Par L'Economiste | Edition N°:3592 Le 10/08/2011 | Partager
Le précieux métal a dépassé les 1.700 dollars l’once
La dégradation de la note US a accentué le phénomène

Evolution du cours de l’or depuis janvier 2011. Une once (31,10 grammes) du précieux métal s’échangeait hier mardi 9 août contre 1.767 dollars (14.031 dirhams)

LE prix de l’or continue d’atteindre des sommets. Une once (31,10 grammes) du précieux métal s’échangeait hier mardi 9 août contre 1.767 dollars (14.031 dirhams), une première dans l’histoire. Il dépassait même le prix du platine, métal traditionnellement à prix plus élevé en raison de sa rareté.
Cette flambée des prix s’explique par l’instabilité économique et financière des Etats-Unis, accentuée davantage par la dégradation de la note de la dette souveraine US par l’agence Standard & Poor’s (S&P), le week-end dernier.
Vu le coup porté au dollar américain par l’annonce de S&P, le phénomène avait renvoyé les marchés boursiers mondiaux à investir massivement dans le métal jaune, le seul refuge encore sûr (avec le franc suisse, le yen japonais et les Treasuries ou titres de créances du Trésor américain). Bien qu’il ait déjà augmenté de 15% depuis seulement le 1er juillet 2011, l’or demeure très courtisé par les investisseurs, qui s’inquiètent malgré tout des problèmes de dette souveraine des Etats-Unis et des pays européens comme la Grèce, le Portugal et l’Espagne. Le prix de l’or pourrait doubler, voire tripler, proportionnellement au redressement, ou non, de ces situations. Le problème américain demeure toutefois beaucoup plus inquiétant, car il se pourrait que les deux autres agences de notations, Moody’s et Fitch, rabaissent la note de Washington, exerçant davantage de pression sur le pays de l’Oncle Sam. Cependant, les prix de l’or pourraient baisser avec le rebond possible des Bourses.
Il pourrait y avoir à court terme des prises de bénéfices, entraînant une légère correction des cours.
Par ailleurs, la situation n’est pas aussi délicate pour les Etats-Unis. Au contraire, Washington pourrait profiter de ce phénomène pour renflouer davantage ses caisses.
Ce mouvement, qui porte le lingot (1 kg) aux alentours de 55.000 dollars, fait les affaires de quelques pays, qui se partagent une grande partie des réserves mondiales. Les USA au premier chef, qui possédaient, fin 2010, 8.133,50 tonnes du précieux métal, soit environ 447 milliards de dollars au cours actuel.
Le podium est complété par l’Allemagne avec 3406,80 tonnes (187 milliards de dollars) et l’Italie avec 2.451,80 tonnes (135 milliards).
En dehors de la Chine et de la Suisse, qui disposent respectivement de 1.054,10 et 1.040,10 tonnes d’or, les autres grandes puissances sont très loin derrière les quatre champions du métal jaune: le Japon n’a que 765 tonnes de réserves, le Royaume-Uni 310 et l’Espagne 281. A noter que le FMI possède 2.814,10 tonnes.

Amine EL HASSOUNI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc