×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Wafa Assurance: L’activité stimulée pas la «Vie»

    Par L'Economiste | Edition N°:3592 Le 10/08/2011 | Partager
    Le résultat technique de cette branche bondit de 56%
    Hausse de 20% du CA
    Baisse des plus-values latentes de près d’un milliard de DH

    La reprise de l’activité vie est le fait marquant du premier semestre de Wafa Assurance. L’assureur a, ainsi, émis 1,16 milliard de DH de primes sur cette branche, en hausse de 29%

    Premier semestre de forte croissance pour Wafa Assurance. La compagnie qui vient de publier ses résultats semestriels pour 2011, surfe sur la vague des bonnes performances. Des performances essentiellement portées par le bon comportement de l’ensemble des activités de l’assureur qui réalise un chiffre d’affaires global de 2,65 milliards de DH (+20%). Ainsi sur la branche non-Vie, la progression du chiffre d’affaires s’élève à près de 14% pour s’établir à 1,48 milliard de DH. Selon le management, cette augmentation résulte des performances des marchés de l’entreprise et de l’automobile (qui représente 50% de son chiffre d’affaires). «Quant à l’activité vie, elle est particulièrement portée par la bancassurance», indique Taoufik Benjelloun, DG en charge du pôle finance. A ce titre, Wafa Assurance a vu l’épargne qu’elle collecte sensiblement rebondir de plus de 35% pour des primes émises de 1,16 milliard de DH sur cette branche. Selon Mohamed Ramses Arroub, PDG de la compagnie, cette progression incombe à une volonté délibérée de collecter une épargne long terme récurrente. En parallèle, l’activité de prévoyance maintient un rythme de progression soutenu à près de 16%. Celle-ci représente 29% des primes émises.
    Progression plus soutenues pour les prestations payées. Pour la non vie, les paiements sont en amélioration de 44,5% par rapport à fin juin 2010 pour se hisser à 552 millions de DH. Principales raisons: «Augmentation de la taille du portefeuille, règlement de sinistres importants en Incendie, rattrapage du retard lié aux grèves des tribunaux de 2010 et amélioration des délais de règlement en Auto et en Santé». Pour la branche vie, la progression des règlements se limite à 21,7% à 892 millions de DH. «Cette évolution est liée à l’accélération des prestations payées liée aux sorties en Epargne», commente Benjelloun. Par ailleurs, il est à noter une baisse du ratio de sinistralité qui se réduit à 63,7% à fin juin 2011 conte 72,5% en 2010. L’amélioration du ratio de sinistralité impacte positivement le ratio combiné qui ressort en amélioration de 8,1 points pour se chiffrer à 93,1%. En parallèle, «le ratio de frais et le coût de la réassurance sont restés relativement stables». A fin juin, le résultat technique vie de l’assureur a progressé de 56,5% à 114 millions de DH. Pour sa part, le résultat technique non-vie est ressorti à 425 millions de DH en progression de 33,3% tiré par l’exploitation et le financier. Du coup, les bénéfices réalisés au premier semestre atteignent 398 millions de DH, soit une hausse de près de 24% sur un an «majoritairement tirée par le technique pur».
    Au niveau de l’assise financière, les fonds propres de l’assureur progressent à 3 milliards de DH à fin juin. Seul bémol, la compagnie a vu son portefeuille de plus values latentes se réduire de près de 1 milliard de DH pour se fixer à 4 milliards de DH. Mais à ce niveau, il y a encore de la marge.

    M. A. B.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc