×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Une 12e édition automnale pour Tanjazz

    Par L'Economiste | Edition N°:3589 Le 05/08/2011 | Partager
    Lillian Boutté, tête de liste des stars
    Tanger animée du 21 au 25 septembre

    L’édition 2010 de Tanjazz avait réservé un après-midi aux écoliers de la ville de Tanger. Histoire de les initier quelque peu au jazz

    Les organisateurs du festival de jazz de Tanger, Tanjazz, préparent avec beaucoup de fébrilité la douzième édition de cette manifestation. Dès la fin de l’été, les notes des trompettes et basses monopoliseront l’air automnal de la ville et de ses différentes scènes.
    Ainsi, du 21 au 25 septembre, différents groupes et stars du jazz et assimilé animeront les soirées et les journées de la ville. Le premier à ouvrir le bal sera «Gros Tube», une formation française, «fanfare de rue autant qu’un groupe de scène», selon les organisateurs du festival. La formation se produira sur la scène gratuite Renault, qui sera installée au port de Tanger. «Gros Tube» sera suivi de Wab, vocaliste qui répond au nom de Habib Julien et qui est qualifié de magicien du «swing vocal». Il se produira sur la scène gratuite BMCI à la place des Nations. Comme plat de résistance, Tanjazz nous propose Chocolat. C’est, en effet, le nom de la dernière création des «Divinas», un trio espagnol qui se projette dans l’Amérique de la «Grande dépression» de 1929. Rythme, charme, humour et féminité assurés par ce groupe qui se produira au palais Moulay Hafid, sur la scène BMCI.
    L’animation devrait se poursuivre les jeudi et vendredi avec comme point culminant le samedi 24 septembre avec Lillian Boutté & The Gigolos. Cette artiste est la digne héritière de Louis Armstrong. Elle est, en effet, la première artiste à être nommée «Ambassadrice musicale de la Nouvelle-Orléans». Chanteuse, mais aussi actrice à ses heures, Lillian Boutté est considérée comme un personnage incontournable de la Nouvelle-Orléans. Tanjazz est devenu, en peu d’années, l’endroit où il faut aller. Il est aujourd’hui ancré dans les habitudes des amateurs de musique rythmée. Pour la cinquième année consécutive, Tanjazz élira domicile dans l’imposant palais des institutions italiennes, plus connu sous le nom de palais Moulay Hafid.
    Le festival semble s’être bien acclimaté dans son nouveau timing. En effet, avant, il se tenait au mois de mai. Finalement, les organisateurs ont décidé que ce sera pour la dernière semaine de septembre. C’est aussi la première semaine de l’automne, une période agréable où il fait bon venir à Tanger. Outre les concerts payants et gratuits, le Tanjazz offre des cours de danse be-bop et rock pour débutants et initiés. Des fanfares de rue sont elles aussi prévues, comme à chaque édition.

    Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc