×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Orange se met au mobile low-cost

    Par L'Economiste | Edition N°:3587 Le 03/08/2011 | Partager
    Offensive pour contrer l’arrivée de Free
    Mise en service en septembre

    PDG d’Orange, Stéphane Richard, a précisé qu’il s’agirait d’une «offre souple qui déclinera deux types de forfaits très attractifs»

    LA bataille du low-cost dans le téléphone mobile accueille un nouvel entrant en France. C’est désormais au tour d’Orange de se lancer dans le marché juteux avec une nouvelle marque, Sosh. Actionnaire au Maroc à 40% dans Meditel, la nouvelle stratégie low-cost de l’opérateur historique français fera-t-elle des émules chez nous ? Pour l’instant, aucune certitude. Mais le marché low-cost paraît incontournable à moyen ou long terme au Maroc. Ce serait même de l’avis des observateurs l’avenir de la téléphonie mobile qui serait en jeu. En France, le lancement de cette nouvelle marque Sosh par Orange vise un objectif bien précis : préparer le terrain avant l’arrivée de Free Mobile. Orange n’est pas le premier opérateur de téléphonie mobile à lancer une offre low cost en hexagone. Depuis le 18 juillet, Bouygues Télécom commercialise en effet deux forfaits à bas coût sous la marque B &YOU, dont l’un à 24.9 euros par mois comprenant appels, SMS et MMS illimités. En juin dernier, SFR avait pour sa part lancé une nouvelle gamme de forfaits, moins chers et sans engagement, baptisés « Carré ».
    Sosh sera une marque «entièrement digitale», vendue uniquement sur Internet. Une marque ciblant les clients que l’on appelle les digital natives, qui utilisent plus leur smartphone pour les données que pour la voix. Sosh servira à décliner une panoplie d’offres avec des formules qui se veulent attractives, commercialisées uniquement sur Internet et sans engagement. Les utilisateurs de ces offres auront aussi accès aux services clients d’Orange. S’il faudra patienter jusqu’à la rentrée pour connaître les détails et plus particulièrement les tarifs, le PDG d’Orange, Stéphane Richard, a précisé qu’il s’agirait d’une «offre souple qui déclinera deux types de forfaits très attractifs en prix», proposés avec et sans terminal mobile. Sosh, dont le nom est un «clin d’œil à l’expression social network, veut s’appuyer sur les réseaux sociaux et les communautés d’utilisateurs », a expliqué Stéphane Richard. Une annonce qui ferait presque oublier que la société affiche des résultats en baisse avec un chiffre d’affaire qui chute à 22,5 milliard, soit -1,3%.
    Le récent engouement des opérateurs télécoms pour les offres low-costs a plusieurs origines et tout d’abord l’arrivée attendue de Free, réputé pour sa faculté à casser les codes établis. Attendu en 2012, ses concurrents redoutent de le voir débarquer dès octobre 2011, avec des tarifs très bas, à l’image de ce qu’il a déjà fait sur Internet, avec les premières offres à 29,99 euros. À cela s’ajoute la concurrence croissante exercée par les opérateurs virtuels (MVNO). Enfin, le renchérissement du prix des terminaux a aussi obligé les opérateurs à revoir leur modèle économique. Le parc total français d’abonnés mobile au 31 mars 2011 s’élevait à 65.526.000 de clients contre 61.575.000 au 31 mars 2010 soit une croissance de 6.4% en un an. Le marché se décompose ainsi : 46.825.000 clients en forfaits mobile post-payés et 18.701.000 clients en offres prépayées.


    Karim SERRAJ

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc