×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    A J-4, les esprits s’échauffent

    Par L'Economiste | Edition N°:3561 Le 28/06/2011 | Partager
    Affrontements entre pro et anti-constitution à Casablanca

    ENTRE 4.000 et 5.000 personnes opposantes au projet de révision constitutionnelle, ont manifesté «pacifiquement» dimanche soir à Casablanca au quartier Hay Mohammadi.
    Selon les forces de l’ordre, ce chiffre serait aux alentours de 3.000 personnes. «Nous boycotterons le référendum», «Les Constitutions octroyées à la poubelle», scandaient les membres du Mouvement 20 février.
    La marche s’est déroulée sur le boulevard Oqba Ibn Nafie et l’avenue Grande Ceinture.
    Arrivés à cette dernière, les manifestants ont été «encerclés» par des partisans du projet. Des échauffourées et affrontements sont à signaler. Les jets de pierres, entre pro et anti-constitution, ont fait un blessé du côté des membres du Mouvement 20 février.
    Le jeune homme en question, a été conduit d’urgence à l’hôpital. Les forces de l’ordre, présentes en grand nombre, n’ont pas réussi à maintenir le calme.
    «Les forces de l’ordre nous ont empêchées par exemple, à Rabat au niveau de Bab El Had, de poursuivre notre marche, en nous encerclant. Ils ont fait en sorte que l’on soit suivis par les partisans du projet de constitution. Normalement, nous avons le droit de nous exprimer. Cela est intolérable» estime Tahani Mamad, porte-parole du Mouvement 20 février.
    La plupart des partis politiques ont appelé à approuver le projet constitutionnel. Néanmoins, des partis de gauche (PADS, PSU, CNI, Voie Démocratique) et le Mouvement 20 février, continuent à revendiquer des changements politiques radicaux.
    Vendredi dernier, le mouvement islamiste Justice et bienfaisance, s’est officiellement rallié à la cause des opposants.
    Il appelle à boycotter le scrutin. Pis, lors de la manifestation l’on a ramassé les cartes d’électeurs des personnes présentes, en promettant de «les brûler».
    Rappelons que les partisans du «Oui» et ceux aussi qui appellent à boycotter le référendum, ont défilé dans les principales villes du Royaume (Tanger, Rabat, Marrakech et Fès).

    Badr KIDISS
    Journaliste-Stagiaire ESJC

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc