×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Courrier des lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:3548 Le 09/06/2011 | Partager

    Marches, grèves, sit-in : Ras-le-bol!!

    .Il faut savoir se retirer
    Il faut savoir tirer sa révérence à temps, c’est comme une vedette de sport de haut niveau ou un artiste. La première manifestation a donné des résultats avec le discours du Souverain du 9 mars. Il faut attendre le projet final et le référendum.
    T. M.

    .Grèves et sit-in
    Le Maroc, comme le disait Abderrahman Youssoufi, vit un mai 68 quasi quotidien. Mais mai 68 était porteur d’un message de colère, d’indignation et surtout d’espoir. Il protestait contre l’ordre établi, contre le manque d’imagination des gouvernants, pour un respect de la jeunesse et de ses ambitions, pour un réexamen des liens qui unissent le peuple aux gouvernants. 
    Il s’est terminé et a laissé pour quelques décennies des traces indélébiles. Le mouvement du 20 février a commencé avec la même ardeur et la même volonté, boosté par des résultats inattendus à Tunis et au Caire. Maintenant, ce mouvement qui est arrivé à forcer et à activer la dynamique du changement ne lâche pas prise. Ce n’est pas faute de vouloir mais parce qu’il est désormais noyauté par les Adlistes et l’extrême gauche. Il se radicalise et perd ses moyens et ses ambitions. Il perd sa raison d’être. D’autres syndicats à la vue trop corporatiste s’y joignent à tort et à travers. Trop de manifs tuent la manif. Trop de grèves tuent la grève.
    V. E.

    . Retenues sur salaires
    Tant qu’il n’y aura pas de retenues sur salaires en cas de grève, il y aura des grèves à répétition pour un oui ou pour un non. Les gens veulent faire des grèves, alors qu’ils assument leurs décisions. On a l’impression que beaucoup d’employés et de fonctionnaires en profitent pour se payer de longs week-ends payés par le contribuable. Et les jours où ils travaillent, c’est pire, car personne n’est au bureau. Ils sont soit au café ou à faire la prière. Le gouvernement doit appliquer la retenue sur salaire et vous verrez que les grèves vont se réduire.
    S. E.

                                                                                                                                                                

    Faut-il sacrifier le pouvoir d’achat?     

     

    .Impôt sur la fortune, pourquoi pas au Maroc?
    Lorsqu’un pays développé comme la France (notre premier fournisseur et premier client, et qui a une grande influence sur tout notre système) impose un impôt sur la fortune et s’engage à poursuivre même ceux qui quittent la France pour payer moins d’impôt. Lorsque la France met en place toutes ces mesures rien que pour instaurer plus de justice et d’équité sociale, pourquoi notre pays ne ferai pas de même. Surtout dans le contexte actuel ou toutes les revendications tournent autour de plus de justice et de transparence. Il serait impératif d’ouvrir un débat dans ce sens, d’intégrer cette proposition dans la vision de la CGEM, et pourquoi pas ne pas la discuter au sein du Conseil économique et social. Un impôt sur la fortune pour alimenter des fonds sociaux (INDH, fonds Mohamed v pour la solidarité..) sera une action à double effet, d’une part pour faire preuve de vigilance et d’écoute vis à vis des doléances des jeunes, et déployer d’autre part plus d’actions pour sortir une importante partie de la société de la pauvreté et la précarité.
    C. E.
    . L’homme avant le système ou l’inverse?

    Le Maroc n’a pas d’énormes contraintes institutionnelles internes (externes de plus en plus pour le financement de la dette sur les marchés internationaux) concernant ses équilibres macro-économiques et il est à noter que ces derniers sont plutôt bons.
    Sans pour autant verser dans un humanisme au rabais, il est nécessaire de revaloriser le salaire minimum dans un contexte de renchérissement du coût de la vie. Cela fait bien longtemps que les salaires sont gelés au nom d’une hypothétique compétitivité. Tout le monde sait que le marché marocain est peu ouvert...et qu’il reste encore des filières encore surprotégées...Revisiter les lois sociales à la hausse, c’est peut être prévenir une colère en puissance, y renoncer serait simplement une fuite en avant.
    M. T.

    . Equilibres macroéconomiques

    Dotée de ressources importantes, l’Algérie s’est permis de creuser son déficit budgétaire pour répondre pour une partie, aux sollicitations de la rue. Elle s’est permis un déficit de 33,9% du PIB soit un déficit budgétaire en 2011 de presque 50 milliards d’euros.
    Quand bien même nous voudrions faire comme notre riche voisin nous ne le pourrons pas.
    La relative solidité de nos finances publiques est due au respect des équilibres macroéconomiques. Maintenant il va falloir trouver des ressources supplémentaires pour faire face aux engagements parfois irresponsables du Gouvernement.  Comment le faire sans augmenter les impôts ? Tout simplement en combattant plus énergiquement la fraude et l’évasion fiscale, en luttant plus efficacement contre la contrebande, en instituant un impôt sur la fortune, en réduisant le train de vie de l’État et surtout des départements de souveraineté, en récupérant les deniers détournés etc… les solutions ne manquent pas.
    On ne va pas réinventer la roue et il n’y a qu’à prendre exemple sur d’autres pays.
    A. L.

                                                                                                                                                                           

           Comment jugez-vous la mise en garde de l’UE ?

     

    .La loi c’est la loi
    Cette manifestation n’était pas autorisée et les forces de l’ordre n’ont fait qu’appliquer la loi. Comme toujours les Occidentaux se posent en défenseur des droits de l’Homme mais ces donneurs de leçons feraient bien de balayer devant leurs portes. Il n’y a qu’à voir comment sont traitées en Europe les personnes issues de l’immigration.
    M. E.

    .La réalité
    Les Européens font preuve de mauvaise foi car en visualisant les vidéos on voit bien que ces manifestants ne sont pas des victimes. Mais les forces ne doivent pas tomber dans le piège car certains n’attendent que les dérapages de ce genre pour embraser la situation. Qu’on les laisse manifester, s’exciter autour de slogans pendant le temps d’une manifestation et ils rentreront chez eux tranquillement.
    S. D.
    . Mise en garde européenne
    Si le Maroc veut s’intégrer à l’Europe, il doit accepter comme tous les autres États d’être mis à l’index, sermonné et averti pour les dépassements des forces de sécurité. En tant que citoyen, quand il vous arrive d’aller au commissariat, vous vous sentez agressé, ignoré et réduit à rien devant un policier hautain, inculte et ringard. Lors d’une manifestation, on sent que les forces de «l’ordre» sont prêtes à se ruer sur la foule. Il est vrai également que dans la masse des manifestants il existe des provocateurs, des brigands, des extrémistes de tous bords prompts à user de tous les stratagèmes pour allumer le feu. La gestion des foules çà s’apprend. Encore faut-il que nous ayons un encadrement adéquat. L’Europe a le devoir de rappeler à l’ordre lorsque les corps de sécurité dépassent leur rôle et leurs prérogatives et lorsqu’il y a une atteinte flagrante aux droits humains. L’Europe le fait pour ses propres États. Il lui est arrivé de mettre en cause la France ou l’Italie pour sa gestion des flux migratoires, pour sa politique ségrégationniste en matière d’emploi...etc. C’est à nous de revoir notre politique sécuritaire...
    G. K.

    . Deux poids deux mesures?
    Comme tout le monde en tant que citoyen je suis contre la matraque. De leur côté, les services de l’ordre se doivent d’assurer l’ordre public et le respect de la loi. Il doit y avoir entre le manifestant et l’agent de l’ordre une ligne à ne pas franchir d’un côté comme de l’autre ! En ce qui concerne l’UE, il me semble que le lobby anti marocain est toujours actif. Il me semble aussi que très récemment des pays européens ont eu recours à la matraque dans les mêmes conditions ... Deux poids deux mesures ?
    A. U.

     

    Base de données


    Votre article sur l’électronique m’interpelle.
    Je cite: «Les opérateurs ont une connaissance relativement faible des débouchés».
    Question: Le ministère du Commerce extérieur ne doit-il pas disposer des bases de données, à même de permettre la connaissance des marchés extérieurs?
    Nos ambassades ne disposent-elles pas d’attachés commerciaux à même de contribuer à l’élaboration de ces bases de données?
    Cela n’aiderait-il pas à combler notre déficit de la balance des paiements autrement que par l’exportation de nos cervaux et de nos bras?
    Nous nous flattons d’avoir devant nous un milliard de consommateurs. je vous laisse y réfléchir.
    D. A.

     

    Corbeaux, attention à vos plumes!


    Depuis que cette page est ouverte à nos lecteurs, nous traitons des dizaines de lettres, fax et mails par semaine. Parmi ces courriers, tentent parfois de se glisser… des «corbeaux»: nous en avons identifié deux qui avaient essayé d’usurper l’identité d’une autre personne. La proportion est donc extrêmement faible et montre bien que nos lecteurs sont des gens honnêtes. Mais à l’attention particulière des corbeaux, L’Economiste rappelle que ce genre de pratique tombe sous le coup du code pénal.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc