×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Courrier des Lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:3538 Le 26/05/2011 | Partager

    Pensez-vous que le Premier ministre doit partir?


    . Etat de droit et de démocratie
    Conformément aux instructions royales et aux aspirations des Marocains, il est urgent d’instaurer et au plus tôt l’Etat de droit, basé sur une réelle démocratie dans notre pays.
    Le Premier ministre doit partir, ce n’est pas en raison de son manque de compétences, mais c’est surtout parce qu’il est dépassé par les événements et par les enjeux politiques en cours. D’ailleurs, il ne demande qu’à partir, je crois.
    Des manifestations sont en train de secouer le pays, et le gouvernement ne sait pas comment les gérer. A l’évidence, une crise d’autorité se met en place petit à petit et risque à terme de gangrener le pays. L’Etat de droit et des devoirs doit être restauré dans le sens large du terme et rapidement.
    P. H.

    . De bonnes bases
    Le Premier ministre et le gouvernement en général n’ont jamais gouverné, c’est le Roi et ses conseillers qui le font. Donc, à quoi sert-il de pousser Abbas El Fassi avant les amendements de la constitution. Je pense qu’il faut le laisser terminer son mandat et repartir sur de bonnes bases une fois pour toutes.
    T. M.

    . Courageux
    Je trouve cet éditorial intéressant et courageux. Toutefois, un gouvernement est constitué de plusieurs ministres. Au lieu de «taper» que sur le Premier ministre, je suggère de publier aussi, après vérification, les «dérapages» de certains ministres qui sont remontés par des Marocains d’ici et d’ailleurs.
    F. B.

    . Pouvoirs
    Le Premier ministre, Abbas El Fassi, n’a pas suffisamment de pouvoir, d’autorité, de perspicacité pour diriger une équipe hétérogène et non solidaire. Que ceux qui disent que démettre Abbas El Fassi reviendrait à donner raison aux mouvements des jeunes qui redemanderont plus est, à mon avis, assez réducteur. L’heure n’est pas aux calculs politiciens, mais à l’action soutenue pour répondre aux doléances de toute la population. Certaines actions ne demandent ni mobilisation de ressources, ni planification ni efforts insoutenables: retirer les agréments, les licences, interdire le cumul de fonctions, réduire le train de vie des commis de l’Etat, réduire les coûts des déplacements et des missions, revoir la gestion des départements militaires et de sécurité… Ce n’est pas un homme au crépuscule de sa carrière qui osera engager des réformes et des actions d’éclat. Pour lui, être Premier ministre, c’est l’apothéose en bout de carrière. Se maintenir jusqu’en 2012 reste son seul et unique objectif. Entre-temps, il va placer au bon endroit ses adeptes et ses connaissances.
    A. L.



    Satisfaction


    Lecteur fidèle, permettez-moi d’exprimer ma totale satisfaction sur le travail excellent de votre staff de journalistes avec une note particulière pour la doyenne Nadia Salah dont les éditoriaux m’épatent en raison de son franc-parler, son rigorisme, son esprit cartésien, sans même un soupçon de ménagement, autrement dit, elle appelle un chat, un chat. Ça c’est l’éducation de la bonne vieille école. Bravo! Ainsi dans son éditorial du 12 mai N° 3528, elle fustige clairement aussi bien la Primature, les responsables de l’enseignement, ainsi que les grévistes, lesquels ont failli occasionner une année blanche, rien que ça ! Ces gens-là qui ne sont jamais contents, se rendent-ils compte de la gravité de leur geste, sur le plan national? Qu’ont-ils fait ces enfants et leurs parents pour mériter pareil sort? Déjà que le niveau ne cesse de dégringoler chaque année et on demande des avantages !! Avec nos respects et admirations pour ces braves et sérieux enseignants et compétents bien rares hélas, il y a ceux qui transgressent leur responsabilité dont l’impact national n’est pas à démontrer. Oh ! Si chacun dans n’importe quel service appliquait correctement son devoir sans lorgner sur la poche du citoyen qui ne sait à quel saint se vouer, notre administration irait beaucoup mieux. Et toujours il ne faut pas généraliser, heureusement il y a encore des «OuladEnnas».
    B. A.



    . Discours Obama/Mena: Les enjeux
    La politique des USA est de préserver ses intérêts et indirectement ceux d’Israël. Ils ont soutenu sans conditions les régimes totalitaires du Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Cela leur a apporté que déboires et la haine de ces populations envers l’oncle Sam. Obama a décidé de changer son fusil d’épaule en se mettant du côté des peuples et en demandant à Israël pour la première fois de se retirer des frontières avant 67. C’est un tournant dans la politique américaine mais Obama n’a pas parlé du Golfe et l’avortement de la révolution Bahreïni. Est-ce à cause de l’argent et le pétrole?
    M. M.

    . Nouveau code de la route
    Il est surprenant que le nouveau code de la route ne s’applique pas partout de la même manière. C’est ainsi que sur le Boulevard Al Massira, il suffit qu’une seule voiture soit en double file, avec le chauffeur au volant, qu’un policier motard vienne le verbaliser. Or, dans la rue Oumama Sayeh, le stationnement en double file, et dans les deux sens, soit non seulement toléré, mais quasiment acquis, et personne n’est verbalisé. Quotidiennement, plus d’une vingtaine de voitures bloquent l’accès et les klaxons d’automobilistes empêchés de circuler, ne semblent pas déranger le moins du monde les contrevenants, surtout aux heures de pointe. Que d’argent l’Etat perd en ne prenant pas la peine de faire son travail.
    F. C.

    . Fraude fiscale
    L’été approche, et les annonces vont commencer à fleurir : cabanon plain pied à Bouznika, à Cabo, à Restinga, ou ..... à louer mois de juillet, août, aux prix faramineux de 30 à 50.000 DH le mois ....... sans qu’aucune déclaration ne soit faite ni impôt prélevé ? Ces locations, pour ces gens aisés, leur permettent de passer des vacances «agréables» en Espagne ou ailleurs, avec en plus de quoi s’acheter plein de cadeaux. La bonne affaire. J’aimerai savoir comment cette possibilité d’arnaquer par deux fois l’Etat passe inaperçue ?
    J. B.

    . Déficit
    J’apprécie beaucoup ces derniers jours vos inquiétudes concernant les finances publiques. Le haut commissaire au Plan, Ahmed Lahlimi, nous informe que plus de 10 millions de personnes travaillent au Maroc. Combien de personnes payent des impôts? Et ceux qui payent, combien de contribuables le font honnêtement? A mon avis, un journal économique très apprécié comme le votre, devrait faire des enquêtes et nous donner quelques précisions sur les métiers qui opèrent dans l’informel.
    Quelques exemples: les garagistes qui réparent des voitures et qui ont pignon sur rue et qui ont entre 6 et 7 ouvriers, les revendeurs de ferraille et de voitures accidentées, les intermédiaires ou agents immobiliers, les intermédiaires dans les marchés de gros, les tacherons qui construisent en sous-traitance, les revendeurs de matériaux de construction comme le sable, le gravier, les briques, les importateurs de Melilia et de Sebta, les peintres, les électriciens, les plombiers, etc... La liste est longue, ajouter les transporteurs et les taxis ...
    La CNSS nous dit que les gens déclarés ne dépassent pas 1, 5 millions et beaucoup ne touchent pas encore le Smig. Même si 40% des dix millions travaillent dans l’agriculture dans des exploitations familiales le reste doit bénéficier de la CNSS.
    J’ai souvent expliqué à mon mécanicien qui travaille dans un garage au noir et qui gagne 3.000 Dh par mois qu’il a intérêt à payer les 600 Dh à la CNSS. Mais il n’en voit pas l’intérêt. A mon avis, c’est grâce à la CNSS que l’Etat peut ramener les citoyens à cesser de travailler dans l’informel. L’autre volet, se sont les professions libérales comme les avocats et les médecins. Combien de médecins de l’Etat travaillent dans les cliniques privées? Combien de professeurs de l’Etat travaillent dans les écoles privées et négligent les élèves des écoles publiques, sont-ils déclarés et payent-ils les impôts correspondants?
    Et l’on parle de citoyenneté ....
    M. C.

    . Notaires stagiaires: Précarité ?
    Le notariat marocain favorise la précarité. Avec un stage de 8 ans, les notaires stagiaires vivent dans la précarité la plus totale.
    Seuls s’en sortent ceux dont les familles ont les moyens de subvenir à leurs besoins. Les autres s’accrochent, survivent, sinon ils jettent l’éponge.
    Des centaines de milliers de stagiaires qui ne peuvent pas se projeter dans l’avenir prolongent leur séjour chez papa et maman.
    Comment traiter ce problème ? Comment lutter contre le stage à durée indéterminée : Exemple du droit comparé : le droit Français.
    L’article 40 du décret du 5 juillet 1973 stipule que le certificat de fin de stage est délivré par le CFPN aux stagiaires qui ont satisfait aux obligations suivantes: accomplissement des travaux de pratique professionnelle, contrôle continu des connaissances dans les 6 2 séminaires et rédaction d’un rapport de stage.
    Une fois obtenu, le certificat de fin de stage permet au lauréat de s’installer en tant que notaire. On insiste sur «le certificat de fin de stage de 3 ans» et l’intégration directe des premiers clercs dans la profession en tant que notaire.
    A. Y.


    On devrait pénaliser les pollueurs


    Comme je fréquente beaucoup le quartier Racine, où l’immobilier reste relativement cher, avec des immeubles de haut standing, je reste quand même choquée de voir comment les habitants prennent leur mal en patience : le jardin face à la clinique des Iris est dans un état de dégradation et de saleté indescriptibles, avec un dépotoir au fond du jardin. Les rues adjacentes sont totalement défoncées (nids de poules ou plutôt d’autruches, dos d’ânes mal à propos puisqu’ils bloquent l’eau de pluie et créent des grosses flaques).
    Au même niveau, sur le bd Zerktouni, où de belles fleurs ont été plantées, des sacs de détritus à même le sol sont jetés : quel manque de civisme. Il semble que certains «heureux» mais «radins» propriétaires refusent de cotiser pour investir dans une grande poubelle (750 DH environ.....), inconscients des pollutions visuelles et sanitaires.Comme à l’étranger, puisqu’on copie toujours les autres, on devrait pénaliser les pollueurs.
    J. M.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc