Courrier des Lecteurs

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:3533 Le 19/05/2011 | Partager

Collège/Lycée: Pas d’année blanche!


. Les grèves à répétition portent préjudice
Une année blanche, non. Une prolongation de l’année scolaire oui. Jusqu’à l’achèvement des programmes. Quand on entend ces obscurantistes dire que Mawazine gêne les étudiants, c’est plutôt ces grèves à répétition qui portent préjudice à l’enseignement.
A. L.

. C’est injuste…
Une année blanche? C’est injuste, surtout à moins d’un mois du baccalauréat. Après une année de labeur, on veut nous enlever tout ce pour quoi nous avons travaillé durant des mois.
D’un autre côté a-t-on pensé aux parents d’élèves? Spécialement le privé. Repayer les frais d’inscription et les frais de toute une année. De plus cette décision aura un autre effet néfaste sur le supérieur, puisqu’il y aura, abstraction faite de la première année supérieur, un grand décalage! Il s’agit là d’une décision de grande envergure, l’année blanche ne doit pas avoir lieu, car les manifestations que craint le ministère seront maintenues. Et elles ne seront pas sereines. Les élèves ne doivent pas payer les pots cassés. Le ministre Akhchichine doit prendre ses responsabilités, qu’il trouve des solutions. Le report du baccalauréat risque d’avoir des impacts négatifs. Il faut bien réfléchir avant de prendre une décision.
S. S.

. Mise à mort
L’école publique marocaine est fichue. Depuis plusieurs décennies, on a tout fait pour détruire un système qui marchait à merveille et qui a formé la majorité des cadres d’aujourd’hui. En activant la mise à mort de l’école publique, on a favorisé le privé et un système très élitiste. Les différents gouvernements qui se sont succédés ont tout fait pour creuser le fossé entre le Maroc d’en bas et le Maroc d’en haut. L’école publique pour les pauvres, l’école privée pour les classes aisées. Résultat, sur le marché du travail, les premiers restent sur le carreau.
F. E

. Et l’école publique?
Qui fréquente l’école publique dans les grandes villes? Même les enfants des professeurs et des instituteurs sont inscrites dans les écoles privées. Les personnes qui gagnent 3.000 DH et plus à Casablanca, envoient en général leurs enfants dans les écoles privées. A propos, les propriétaires des écoles privées exigent d’être payés cash. Qui contrôle les bilans de ces écoles?
M. C.

. Enseignement gratuit
La gratuité de l’enseignement a toujours été au centre des discours politiques de nos décideurs et s’est ancrée dans notre inconscient collectif, comme la solution miracle, pour faire marcher l’ascenseur social et converger vers la société du savoir.
Or cette vision utopique est totalement erronée et ne fait qu’aggraver les disparités et les tensions sociales. Elle reste loin de la réalité, où on remarque que les enfants de ces mêmes décideurs sont scolarisés dans les écoles privées étrangères.
Par ailleurs, la gratuité de l’enseignement est contre productive puisqu’on remarque que la qualité n’est pas toujours au rendez-vous. Ceci s’ajoute au fait que les parents d’élèves, les enseignants et les bénéficiaires se sont désengagés de l’opération pédagogique. Constat, la différence entre les lauréats de l’enseignement public gratuit et ceux de l’enseignement privé étranger. Personnellement, je suis pour une privatisation de l’enseignement à partir d’un certain niveau de formation, commun à tous, pour préserver l’équité sociale et ceci ne peut être atteint que par le lancement d’un vrai débat autour de cette problématique.
M. A.

. Si la formation coûte cher, essayez l’ignorance
Je trouve votre titre: «faut-il brûler les diplômes» inadmissible. Aucun pays dans le monde ne peut évoluer sans un niveau d’instruction très élevé. Au Maroc, sur 100 élèves du primaire 13 réussissent le bac et 5 ou 6 autres obtiennent un diplôme universitaire; c’est dans le rapport officiel du C.E.S. En Corée du Sud 80% ont un diplôme universitaire. Alors messieurs soyez sérieux et après tout, pourquoi un guide touristique, un chauffeur de taxi ou un vendeur ne peut être diplômé universitaire. «Si la formation coûte cher, essayez l’ignorance».
Mehdi El Menjra a déjà dit depuis les années 60: deux conditions sont nécessaires pour le développement: «l’instruction et la démocratie». C’est plus que jamais d’actualité.
M. C.



Le Maroc au CCG: Quels sont les enjeux?

 


. Il faut réfléchir à deux fois

Qu’est-ce qui se cache derrière cette invitation? Si c’est pour impliquer le Maroc dans la mouvance socioculturelle ou même religieuse des pays du Golfe, le Maroc perdra ses acquis. Du point de vu coopération économique et financière, il faut réfléchir à deux fois pour bien se positionner.
A. M.

. Alignement
Les enjeux sont d’abord politiques: alignement sur les positions pro-occidentales et anti-iraniennes (On y est et rien ne change la donne). On n’exclut pas la possibilité des pays du CCG de faire appel à l’armée marocaine en cas de conflit. Le Royaume pourra bénéficier de matériel militaire en cas de conflit.
Quant aux enjeux économiques et sociaux: l’on cite notamment l’ouverture plus grande du marché des pays du CCG pour les exportations marocaines et éventuellement pour la main-d’œuvre, outre un flux touristique plus important.
Du côté des enjeux financiers, il faut s’attendre à un afflux plus grand des investissements.
A. L.

. Les hydrocarbures tariront

Les hydrocarbures tariront dans 50 ans. Le Maroc est convoité pour ses richesses, sa position stratégique et ses terres arables. L’union avec ces peuples conservateurs, nous coûtera les maigres acquis de liberté et notre quête de la liberté se transformera en une quête de salut divin.
L’endoctrinement sera agressif et une islamisation accélérée en plus de sous-traitance de répression.
A.U.

. Un referendum
C’est un pas vers l’arrière. Le Maroc est sur la bonne voie de la démocratie et il fallait juste patienter. Le Maghreb est homogène (islam (malekite) arabe, africain, amazigh et francophone). Les pays du golfe sont des monarchies totalitaires. L’exemple de l’intervention saoudienne contre la révolution de Bahreïn est un exemple frappant.
En tout cas, un referendum devrait être organisé pour demander l’avis des citoyens.
B. M.



Comment booster le climat des affaires?


. Procédures
Les ministères doivent adopter des manuels de procédures à jour et les publier sur leur site Web. Ils doivent également assouplir leurs procédures en les examinant une à une. Si la Tunisie a réussi à simplifier les procédures de son administration, pourquoi nous, nous ne le pouvons pas. Dans chaque administration il doit y avoir une cellule dédiée au contrôle interne et à la simplification des procédures. Cette cellule doit publier un rapport annuel sur son activité et signaler les blocages.
A. L.

. La corruption gangrène !

L’administration marocaine est gangrenée par sa corruption, sa bureaucratie et son inefficacité. Pour obtenir les droits de lancement d’un projet, il y a tellement de lourdeurs et complications dans le traitement des dossiers que les investisseurs ont envie de laisser tomber carrément leurs projets ou de changer totalement de destination. Et c’est l’économie nationale qui en souffre.
A. H.

. L’éthique tout d’abord
On dit que les affaires vont bien. Mais la réalité est autre chose, quand on est là sur le terrain. Avez-vous une idée des gens à qui on s’adresse directement lors de la constitution d’un dossier d’affaire simple? Sont-ils à la hauteur? Sont-ils sélectionnés minutieusement? Y a-t-il des contrôles d’accès aux dossiers importants, ou bien n’importe qui y accède? Il faut plus d’éthique dans ce domaine.
M. S.



. Logement social: Etes-vous satisfaits?
Le texte sur la protection des consommateurs et autres textes dont le code civil devraient comporter des dispositions à même de garantir la bonne exécution de l’obligation de livrer un logement selon les conditions définies dans le contrat. Un collectif d’avocats devrait se constituer pour défendre ces catégories de citoyens qui n’ont pas les moyens pour se défendre.
A. L.

. Dialogue social : Qui paiera la facture ?

J’espère que les pauvres retraités et les veuves qui touchent une pension dérisoire vont être augmentés aussi. Le niveau de vie ne cesse de grimper et cette tranche de la population arrive juste à survivre. Et leur santé en pâti. Bien des gens souffrent en silence sans oser faire la manche.
F. B.

. Retour des MRE
Déjà beaucoup de nos concitoyens à l’étranger commencent à rentrer au pays. Mais ce qui me chagrine, c’est qu’au lieu de ramener des devises et de les placer au Maroc, un bon nombre d’entre eux au contraire, viennent prélever des sous en s’adonnant à un commerce illégal : ils reviennent avec des voitures chargées d’articles de mauvaise qualité ou d’électroménager, quand ce n’est pas des produits illicites sans s’être acquités de taxe d’importation, cassant par là le commerce local. Ils ramènent même des pit-bulls. Fini le temps où ils couvraient leurs familles et les voisins de cadeaux. Aussi, ils portent préjudice à l’économie de leur pays d’origine. Certes, les conditions de vie à l’étranger sont dures, mais ici aussi, les commerçants et les ouvriers en souffrent.o
A. C.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc