×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Volkswagen menace de délocaliser

Par L'Economiste | Edition N°:1869 Le 05/10/2004 | Partager

Le patron du constructeur automobile allemand Volkswagen, Bernd Pischetsrieder, a laissé planer à nouveau la menace de délocalisations dans une interview parue hier, 5 octobre, alors que des négociations salariales très disputées devaient être entreprises. «Nous ne voulons pas passer en force, mais garantir des emplois en Allemagne. C’est nécessaire, faute de quoi la délocalisation de postes à l’étranger va encore s’amplifier», déclare Pischetsrieder dans la Berliner Zeitung.La direction du constructeur avait déjà évoqué implicitement le risque de délocalisations ou tout au moins de multiplication des implantations à l’étranger si elle échoue à faire passer un important plan d’économies visant à réduire les coûts de production de 30% d’ici 2011.Daimler Chrysler avait eu recours récemment à la même menace pour imposer à ses salariés un programme d’austérité.Les négociations chez Volkswagen ont repris hier, après deux semaines d’interruption. Direction et représentants du personnel continuent à camper sur des positions opposées, et le syndicat de branche IG Metall n’exclut pas d’appeler rapidement à des arrêts de travail ou même à une grève dure. «Aucune des parties n’a intérêt à ce qu’il y ait une grève. Les deux vont tout faire pour arriver à une solution pacifique», assure toutefois Pischetsrieder. Confrontée au recul de ses ventes, la direction de VW exige un gel des salaires pendant deux ans pour 103.000 de ses 176.000 employés en Allemagne, plus de flexibilité dans l’organisation du temps de travail et de concurrence interne entre les différents sites du groupe. IG Metall réclame de son côté une revalorisation des salaires de 4% et une garantie d’emplois sur dix ans.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc