×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Un millier d’ascenseurs installés tous les ans

Par L'Economiste | Edition N°:1842 Le 30/08/2004 | Partager

. Exigez le contrat de maintenance avant d’acheter un appartement . Des “bricoleurs” envahissent le secteurLes équipementiers et les sociétés de maintenance des fournisseurs ont été interpellés par la chute d’un ascenseur dans un immeuble en face du marché de Derb Ghallef à Casablanca. Le Maroc compte un peu plus de 10.000 ascenseurs installés, estime Gérard Caillet, directeur général d’Otis Maroc. Les usagers n’en voient que l’aspect extérieur, la cabine. En dépit de la floraison des constructions d’immeubles, le marché des ascenseurs est globalement petit. Comparativement à d’autres pays, peu d’ascenseurs sont installés dans les immeubles à usage d’habitation. Derrière l’engin, “il y a tout un système de sécurité qu’il faut sans arrêt contrôler parce qu’il peut être à n’importe quel moment inactif”, indique Caillet. Une nécessité à laquelle très peu de copropriétaires accordent de l’importance. La maintenance serait donc le parent pauvre et le dernier de leurs soucis. L’entretien est une obligation qui incombe au propriétaire, et cela doit se faire par des professionnels, insiste le patron d’Otis Maroc. Mais cette obligation n’est pas toujours respectée car beaucoup s’adressent à des officines non qualifiées pour raison d’économies (en réalité de fausses économies). Si vous vous apprêtez à acquérir un logement en copropriété, la première chose à vérifier dans “l’état civil” de l’immeuble est le contrat de maintenance de l’ascenseur. “Bien que les technologies dans ce domaine évoluent, l’ascenseur reste là où il est”, affirme Caillet. La maintenance de l’appareil, c’est aussi la mise à jour régulière de son système sécuritaire.Le secteur au niveau national demeure très peu structuré. Il est composé d’une cinquantaine de distributeurs dont deux gros opérateurs, Otis et Schindler”, qui sont aussi les deux grandes références sur le marché mondial. Comme dans beaucoup de secteurs de biens d’équipements, c’est le service qui dégage des marges aux constructeurs. Pour les ascenseurs, c’est également le cas, notamment la maintenance. Or, les sociétés organisées font face à une concurrence des structures informelles qui prospèrent sans aucune garantie technique. “Ces bricoleurs envahissent le marché en se livrant à une guerre des prix”, un argument auquel beaucoup de propriétaires peu conscients de la sécurité sont sensibles. Des fois, ces dépanneurs remettent en service l’appareil mais au détriment de la sécurité des usagers, faute de maîtrise du système de sécurité de l’appareil”.


Une obligation à partir d’un R+4

Au Maroc il y a juste l’obligation d’installation d’un ascenseur dans un immeuble qui fait rez-de-chaussée plus 4 étages. Quant aux normes liées à la fabrication et l’installation des ascenseurs, il y a une norme issue de la norme française. Cette dernière a par ailleurs été remplacée en France par la norme européenne. “Le Maroc devrait suivre mais rien n’est encore fait jusqu’à présent”, indique Calliet. Il faut toutefois noter que la fabrication des ascenseurs ne se fait pas au niveau local. “La majorité des ascenseurs utilisés sont importés d’Espagne, de France, d’Italie, fabriqués généralement suivant les normes européennes”.Meryeme MOUJAB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc