×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Un forum pour un projet de société commun

Par L'Economiste | Edition N°:1666 Le 19/12/2003 | Partager

. L’objectif est de créer un espace de dialogue. Pour que la société civile joue pleinement son rôleLES associations Mountada Al Mouatana et Al Massar viennent d’entreprendre la création d’un “espace de dialogue”, plate-forme de réflexion et de conception d’un projet de société commun. L’initiative, qualifiée d’ambitieuse mais néanmoins réalisable par ses promoteurs, est destinée également à rapprocher les divers acteurs sociaux pour contribuer plus efficacement à la construction d’un Etat démocratique. Pour en débattre et fixer les priorités de l’espace qui portera désormais le nom de Forum, une première réunion a eu lieu samedi 13 décembre à Casablanca. Conviés à l’événement, des artistes, syndicalistes, écrivains, représentants de partis politiques et opérateurs économiques ont tenté, une journée durant, de définir les axes de travail prioritaires du forum. Pour Jaouad Iraqi, un des membres fondateurs, “il s’agit d’unir les compétences autour d’une même plate-forme”. Pour reprendre la symbolique de “l’union qui fait la force”, il met aussi l’accent sur cette nécessité de fédérer les énergies sans laquelle “aucun projet de société commun ne peut être mis en place”. Il insiste également sur la non-appropriation, par les associations initiatrices, du projet de forum. “Al Massar et Mountada Al Mouatana contribuent à la création de cet espace en offrant un cadre moral de discussion. Il n’y a pas de programme pré-établi, ce sont les opérateurs concernés qui l’établiront”, explique-t-il. Pour définir ces priorités, il a beaucoup été question de modernité, de projet de société, de politique à mener pour établir un Etat de droit, accompagner le processus démocratique. Avec en toile de fond, le spectre du 16 mai qui laisse planer cette “frayeur” de revivre des moments similaires. Aucun des participants ne s’en cachera: le 16 mai a mis en exergue l’existence de forces occultes au sein de notre société qui défendent des valeurs contraires aux principes de démocratie et de modernité universels. Les raisons sont certes multiples. Une chose est sûre cependant: la société civile a un rôle primordial à jouer pour sensibiliser l’ensemble des franges de la population aux dangers d’une certaine idéologie. C’est fortement interpellée, que cette société civile a connu, au lendemain des attentats de Casablanca, une certaine dynamisation. Elle a tout au moins pris conscience qu’il ne fallait désormais plus perdre de temps. Ce forum de dialogue initié entre dans ce cadre global d’une plus grande implication, parce qu’urgente, du mouvement associatif et de la société civile. Mais il s’agit, afin d’éviter tout amalgame, de définir les priorités d’action. Unanimement, les participants ont convenu que la transparence et l’information autour de la création de ce forum étaient parmi les conditions indispensables et primordiales pour garantir sa réussite. Des séminaires et formations sont d’ores et déjà programmés, en guise de contribution au processus démocratique.


Priorités d’un dialogue national

AVEC la chute du mur de Berlin, le monde connaît un effondrement des repères qu’exacerberont inéluctablement les crises économiques successives et les conflits. L’ouverture économique et la nécessaire intégration qu’elle impose impliquent également une standardisation des modèles sociétaux ou du moins, l’adoption de valeurs universelles. Le Maroc n’y échappe pas. Avec certes des spécificités, il fait aussi partie des pays de la sphère Sud dont l’adhésion à l’Union européenne est envisagée. Un projet de société commun avec des valeurs de modernité et d’ouverture sur l’ensemble des cultures est par conséquent indispensable pour la réussite de son développement économique et sociétal.A. D.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc