×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Ukraine: Le risque de scission se profile

Par L'Economiste | Edition N°:1910 Le 06/12/2004 | Partager

Désavoué par la Cour suprême d’Ukraine, Viktor Ianoukovitch, président ukrainien pour quelques jours, a relevé samedi le défi d’un nouveau tour de scrutin face à l’opposant Viktor Iouchtchenko. Moins de 24 heures après l’invalidation du scrutin du 21 novembre par la plus haute instance judiciaire du pays, le Premier ministre et candidat au pouvoir a fait savoir qu’il se représenterait avec confiance devant les électeurs, le 26 décembre. Reste qu’un nouveau scrutin déterrerait le risque de scission qui menace ce pays. D’ailleurs, face à la menace de la partition, brandie par certains responsables des régions orientales, et à la division qui s’est accentuée entre l’ouest nationaliste et l’est russophile depuis la présidentielle contestée, des Ukrainiens cherchent les moyens de réunifier le pays. La chaîne de télévision Inter, contrôlée par le pouvoir, diffuse depuis la semaine dernière des spots appelant à l’unité nationale. Ses clips montrent des partisans de l’opposant Viktor Iouchtchenko, rubans orange autour des bras, et ceux du Premier ministre pro-russe Viktor Ianoukovitch, portant des foulards bleu et blanc, s’offrant à boire et discutant paisiblement.L’opposition tente également de réduire la fracture. En s’adressant à des dizaines de milliers de ses partisans, à Kiev, Viktor Iouchtchenko a prononcé vendredi la majeure partie de son discours en russe, soulignant que la Russie était et resterait “un partenaire stratégique” de l’Ukraine. Iouchtchenko a également souligné que son pays ne devait être divisée “ni par sa langue, ni par sa religion”. Il y a peu de temps encore, les partisans du Premier ministre Ianoukovitch traitaient de “peste orange” ceux de Viktor Iouchtchenko, et ces derniers qualifiaient de “bœufs” les supporters du candidat du pouvoir. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc