×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Transport aérien
La RAM relie Casablanca à Nantes
De notre envoyée spéciale à Nantes, Amale DAOUD

Par L'Economiste | Edition N°:1920 Le 20/12/2004 | Partager

. Trois fréquences hebdomadaires dès mars 2005, puis un vol quotidien à fin 2005C’est un des événements phare de l’activité de Royal Air Maroc en France pour cette fin d’année 2004. Le lancement de la ligne reliant Nantes à Casablanca, officiellement effectué le 17 décembre, est une véritable “opportunité pour la promotion de la destination marocaine dans la province française”. C’est du moins ainsi que le directeur général de la compagnie nationale pour le marché français, Abderrafih Zouiten, a qualifié cette initiative. Désormais, la RAM assurera la liaison entre l’Aéroport de Nantes Atlantique et celui de Mohammed V à Casablanca à raison de deux vols par semaine. Cette fréquence devrait rapidement passer à trois, dès le mois de mars pour atteindre, selon les responsables de la compagnie, la vitesse de croisière d’un vol quotidien. L’Ouest de l’Hexagone est ainsi directement relié à la destination marocaine, dont la ville de Marrakech figure en première position des destinations de vacances choisies par ses habitants. 95.000 passagers en provenance de la région ont passé leurs vacances à Marrakech en 2004, marquant ainsi une progression de l’ordre de 15% par rapport à 2003. Juste après Marrakech, Agadir a accueilli près de 27.000 touristes de la région en 2004. La progression du nombre de touristes sur cette région est particulièrement intéressante puisqu’il a augmenté de 10% durant l’année écoulée. Le choix de la capitale de la région des Pays-de-la-Loire ne s’est bien sûr pas fait de façon hasardeuse. Une étude de marché minutieuse a précédé le lancement de la nouvelle ligne que la RAM espère “rapidement rentable”. L’existence d’un marché potentiel a incité les responsables de RAM à ouvrir la ligne. C’est essentiellement la communauté marocaine établie dans la région qui devra en constituer la principale clientèle. Ce ne sont pas moins de 45.000 ressortissants qui y habitent et empruntent traditionnellement pour la plupart l’avion en partance de Paris pour se rendre au Maroc. La clientèle d’affaires est aussi fortement prisée. Quelque 250 entreprises de la région nantaise entretiennent des relations d’affaires avec des sociétés marocaines ou établies au Maroc. Avec les MRE et le segment des affaires, celui du tourisme est la troisième niche à explorer. . Gestion parisienneLa confection d’offres week-end/court séjour ne manquera pas d’encourager le tourisme. Après Paris, Bordeaux, Lyon, Marseille, Nice et Strasbourg, Nantes s’ajoute ainsi aux autres plates-formes en vols réguliers desservies par la compagnie aérienne nationale. Ce sont 150 vols directs hebdomadaires au départ de huit villes françaises qui sont assurés par RAM. L’initiative est aussi un des événements phare de cette fin d’année pour l’Aéroport Nantes Atlantique. Son directeur général, François Marie, qualifie le moment “d’historique”. C’est en effet la première ligne régulière internationale hors-Europe que l’aéroport accueillera. Mais c’est aussi une réouverture de ligne puisque Nantes-Casablanca existait, en 1948 déjà. C’était, à cette époque, la compagnie Air France qui assurait un vol hebdomadaire Paris-Nantes-Casablanca en partance de l’aéroport Château Bougon. Le lancement de la desserte s’est accompagné d’un important plan de communication qui englobe aussi bien la presse écrite que la radio et l’affichage. Près de 150.000 euros (environ 1,65 million de DH) lui ont été consacrés. Pour le moment, RAM a préféré ne pas ouvrir une représentation à Nantes, pour “éviter des frais supplémentaires de plus de 5 millions de DH”. La gestion de la destination est ainsi directement rattachée à la représentation régionale parisienne. Les chiffres prévisionnels tablent sur un chiffre d’affaires hors taxes de près de 50 millions de DH pour la première année. Le marché français est actuellement le premier marché émetteur de touristes pour le Maroc. En 2004, plus d’un million de français ont passé leurs vacances dans le Royaume.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc