×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Textile: La Tunisie surclassée par la Chine en Europe

Par L'Economiste | Edition N°:1842 Le 30/08/2004 | Partager

. Les industriels tunisiens, de simples “poseurs d’étiquette” Le secteur textile, “moteur” de l’économie tunisienne, risque de plonger dans la récession, avec le démantèlement en 2005 des accords multifibres (AMF). Ces accords avaient préservé les industriels tunisiens d’un accès massif au marché européen de producteurs asiatiques, telle la Chine. La formidable compétitivité chinoise dans ce secteur fait craindre un déferlement des produits “Made in China”, au détriment des producteurs tunisiens, bénéficiant aujourd’hui de protections tarifaires en Europe où ils écoulent 80% de leurs articles. Quatrième fournisseur de l’Union européenne en produits textiles, la Tunisie était jusqu’à 2002 le premier fournisseur de la France, avant d’être surclassée par la Chine en 2003, selon un rapport de la Banque centrale de Tunisie (BCT) publié récemment. Une étude de positionnement stratégique effectuée par le bureau d’études suisse Gherzi, a révélé que la Tunisie, comparée à quelques-uns de ses concurrents (Chine, Pakistan, Bangladesh Turquie...) ne compte, aujourd’hui, à son actif aucun avantage comparatif. Même le marché intérieur ne peut pas servir de levier, pour relancer le secteur. Pour cause, 45% des Tunisiens s’habillent chez les fripiers, selon l’étude Gherzi. Peu intégrés et cantonnés dans une sous-traitance peu rémunératrice, les industriels du textile locaux n’auraient été, trois décennies durant, que de “simples receveurs d’ordre, voire de simples poseurs d’étiquette”, selon un expert tunisien. En dépit de stratégies de modernisation menées depuis une dizaine d’années, avec un cofinancement de l’Union européenne, le secteur commence déjà à manifester des signes d’essoufflement structurels. Après une période de croissance soutenue entre 1997-2001, la production du secteur connaît une quasi-stagnation. Le taux de croissance moyen entre 1997 et 2001 qui était supérieur à 10%, est revenu entre 2001 et 2003 à 1%. Les plus fortes régressions ont été observées dans les branches filature et tissage. Le secteur est en perte de vitesse sur les marchés traditionnels tunisiens à l’exportation, notamment ses deux premiers clients: France et Italie. Après un taux de croissance exceptionnel de 23,4% en 2001, les exportations n’ont évolué que de 2,8% en 2002 et 2,7% en 2003.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc