×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Safi se dote de nouvelles Z.I.

Par L'Economiste | Edition N°:1898 Le 17/11/2004 | Partager

. Celle de Kaouki s’étend sur 61 ha en première tranche. Une zone portuaire est en cours d’aménagement sur 12 haC’est l’ERAC Tensift qui sera l’aménageur de la nouvelle zone industrielle de Kaouki. Cette dernière est située sur le territoire de la commune urbaine de Safi. Elle s’étend dans sa première tranche sur 61 hectares et se compose de 142 lots. Déjà 5 unités industrielles y sont en activité et 4 autres sont en cours de construction. Ce sont des minoteries (cf.www.leconomiste.com) et des projets de Marocains qui s’installent dans la région. Le montant des lots de la nouvelle zone a été revu à la baisse jusqu’à 90 DH le m2 comme prix d’incitation. 59 lots sont encore disponibles dans la zone. L’ERAC Tensift qui est donc l’aménageur-développeur et un comité de suivi veillent au respect des normes sur l’environnement et la sécurité dans le site, explique Larbi Sebbari-Hassani, wali de la région Doukkala-Abda et gouverneur de la province de Safi. En cours d’aménagement, également, une zone portuaire d’une superficie de 12 hectares. Cette zone localisée dans le port de pêche a pour aménageur l’ODEP qui cédera aussi les lots à 90 DH le m2. Et à Zaouia, la pépinière d’entreprises s’étend de son côté sur une superficie brute de plus de 2 ha 37ca et qui est propriété communale. La pépinière est prévue pour soutenir les jeunes investisseurs. Ces derniers, après évaluation de leurs projets, peuvent disposer de l’un des 41 locaux aménagés et gérés par une administration propre. Leurs superficies varient entre 40 et 240 m2. La wilaya se penche également sur le cas de l’ancienne zone industrielle appelée les conserveries et qui s’étend sur 92 hectares. Avec la réduction des prises sardinières, la majorité des conserveries se sont trouvées contraintes à la fermeture. Actuellement, seules 7 conserveries sont encore en activité sur 74 auparavant. Quelques-unes se sont converties dans d’autres activités (réparation mécanique, minoteries…) ou tout simplement sont laissées à l’abandon. D’où la nécessité de requalifier cette zone de 92 ha qui, outre son état actuel de délabrement, empêche la vue sur la mer sur une longueur de cinq kilomètres. Un projet est en cours d’étude par la direction de l’Urbanisme dont l’objectif est d’examiner la possibilité de libérer les espaces en regroupant les lots en activités et de les transférer vers le sud de la zone. La partie restante, dans la continuité de Jorf Amouni, peut être aménagée en corniche et zone touristique. Les études de la zone des conserveries se feront lot par lot jusqu’à remonter aux différents propriétaires, indique Larbi Sebbari-Hassani.


Z.I. et environnement

Le schéma directeur de l’assainissement liquide prévoit l’extension des réseaux sur les zones industrielles. Un financement de plus de 120 millions de DH a été débloqué par la BEI pour la première tranche urgente qui sera lancée en 2005. Le plus important est la réalisation de la station de traitement qui est prévue dans cette première tranche. L’objectif est de maîtriser définitivement les rejets canalisés vers la mer, déclare le wali. Les travaux d’urgence pour les canalisations sont prévus dès le premier trimestre 2005. Alors que les gros travaux devraient débuter en juin prochain. De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc