×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Réforme portuaire
Les syndicats sollicitent l’appui de Jettou

Par L'Economiste | Edition N°:1925 Le 27/12/2004 | Partager

. Ils veulent que leurs amendements soient retenus en bloc. Une réunion avec Jettou et Ghellab pour ce début de semaineLa grève des ports a été suspendue et l’activité a repris dans la matinée du vendredi 24 décembre. Le mouvement aura duré 48 heures. Enclenché mercredi 22 par plusieurs centrales syndicales (UMT, UGTM, CDT…), le débrayage a paralysé plusieurs ports à la fois. Ce qui s’est traduit par le gel des activités sur quai, notamment à Casablanca et des pertes considérables pour les armateurs dont les bateaux étaient en rade: plusieurs milliards de DH en 2 jours seulement. A titre d’exemple, à Casablanca, point névralgique de l’activité portuaire, les opérateurs parlent de 32 à 36 navires en rade par jour. Le second jour du débrayage, 18 navires étaient restés en attente. «Chaque bateau aura accusé une perte quotidienne estimée à 10.000 dollars, entre droits de port et surestaries», affirme un armateur. Le manque à gagner peut aller jusqu’à 25.000 dollars par jour et par navire, selon les estimations d’un autre professionnel. Car lorsqu’un navire est immobilisé, c’est systématiquement une perte sèche, explique-t-il. Sans oublier le coup dur que subit l’attractivité de l’activité portuaire et le déficit notoire en compétitivité. Selon un représentant de l’UMT, la grève a été suspendue suite à une réunion tenue jeudi soir entre les centrales syndicales et le ministre de L’Equipement. «On comptait reconduire le mouvement pour 24 heures supplémentaires». Dès ce début de semaine, une réunion entre la Primature, l’Equipement et les partenaires sociaux devrait éclaircir la situation. Ainsi, il a été convenu de tenir une rencontre avec Karim Ghellab, ministre de l’Equipement, en présence de Driss Jettou, en début de semaine prochaine pour plus de concertation. Objectif, selon le représentant de la centrale syndicale, donner des garanties aux opérateurs sociaux pour que leurs amendements soient pris en compte et apportés en bloc au projet de réforme portuaire dans l’enceinte parlementaire. Et ce, à l’image du code du travail, ajoute-t-on auprès de l’UMT. Contactés par L’Economiste, les responsables du département de tutelle, étaient retenus par le Conseil d’administration de l’ONDA. Rappelons que le projet tant décrié vient d’être adopté par le Conseil des ministres du 22 décembre. Chose que contestent les partenaires sociaux, car ils jugent qu’il n’y a pas eu de concertation au préalable. Les centrales syndicales reconnaissent elles-mêmes qu’elles n’arrivent pas à coordonner leurs actions autour de cette question. C’est que les principes et les intérêts des uns et des autres diffèrent, le référentiel politique orientant la conduite à suivre, a tenu à préciser un syndicaliste.Les réclamations des centrales syndicales sont nombreuses. Mais celles-ci veulent en particulier que soient réalisées des études techniques et financières. Le but étant, est-il ajouté, de pérenniser les activités exploitation et acconage. Selon des professionnels, les tarifs de Tanger Méditerranée seront 40% moins chers que ceux de Casablanca. La voie ferrée et l’autoroute aidant, tous les opérateurs seront tentés par le Détroit. Selon eux, avant de passer à la réforme, il fallait «immuniser» le port de Casablanca et doter les différentes plates-formes d’armes égales pour une compétitivité saine et un développement harmonieux. La transformation de l’Odep en agence commerciale est aussi contestée. Car la future société d’exploitation des ports (Sodep) devra se limiter uniquement à l’activité acconage (chargement et déchargement des navires). Les syndicats s’interrogent également sur la marge de manœuvre de la future agence de régulation, sa gestion, voire les limites de son pouvoir.Pour leur part, les armateurs disent adhérer à la réforme. D’après eux, une telle décision ne pourrait qu’améliorer le service dans l’enceinte portuaire. De même que le passage dans le giron du privé d’activités telles que la manutention, le stevedoring… devrait rationaliser la gestion.A. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc