×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Ramadan en Tunisie: Soirées jusqu’au petit matin
De notre correspondante à Tunis, Yousra MAHFOUD

Par L'Economiste | Edition N°:1892 Le 08/11/2004 | Partager

. Des spectacles à bon prix aux soirées select, chacun y trouve son compte . Les cafés traditionnels, très prisés par les accros des jeux de cartesAprès la rupture du jeûne, c’est une nouvelle nuit qui commence dans la capitale tunisienne avec son animation, sa joie de vivre et tout son vacarme aussi. A l’extérieur, parfums et senteurs se mélangent, les rues commencent à s’animer dès les premières heures qui suivent la rupture du jeûne. Tout un programme qui fait ce charme inégalé du mois sacré. Différents lieux vibrent aux rythmes de chanteurs et des orchestres: Aouada (orchestres populaires), malouf (l’équivalent de la musique andalouse)... l’animation est au rendez-vous tous les soirs. Et il y en a pour toutes les bourses. Des spectacles à bon prix aux soirées select, chacun y trouve finalement son compte. Les espaces communs et autres festivals traditionnels offrent de bonnes programmations et le prix à payer reste accessible. Le Festival de la médina en est l’illustration parfaite avec des invités prestigieux (Lotfi Bouchnak, Cesaria Evora…). Chaque soir, le festival offre un spectacle enchanteur et ses adeptes sont de plus en plus nombreux. Loin des espaces de la médina, et tard dans la nuit, les rues ne désemplissent pas. Les cafés sont toujours bondés. Là, se trouve une autre catégorie de fêtards, des joueurs assidus qui préfèrent meubler leur temps par des parties de cartes entre amis. Ils sirotent un bon thé à la menthe, ou encore un café turc et fument le narguilé à volonté. Les parties de cartes peuvent se poursuivre jusqu’à l’aube. Des endroits où l’on ne croise que des hommes. Dans le centre-ville, de nombreux cafés offrent des spectacles différents. Des orchestres animent les soirées jusque tard dans la nuit et les fêtards viennent en petits groupes, dansent et chantent tout en dégustant les fines pâtisseries tunisiennes, ou encore les gâteaux spécialement préparés pour ce mois sacré tels que la bouza. Il s’agit d’une délicieuse crème à base de noisettes présentée dans des coupes et décorée par des pistaches moulues, des pignons et de la poudre d’amandes. Ou encore l’assida, une crème à base de fruits secs.Loin du centre-ville, les quartiers huppés de la capitale ou encore de la banlieue nord à la Marsa, Gammarth, regorgent aussi de noctambules. Là, les soirées sont plus select, démarrant un peu plus tard, vers 23 heures. Dans ces endroits, l’ambiance est tout autre et l’accès y est limité. Des vigiles bloquent les entrées, sélectionnant les invités et seuls les habitués y trouvent finalement place. Dans ces établissements, on vient pour s’amuser mais aussi pour voir et être vu. A l’intérieur, et pour une grande majorité, la décoration, la lumière feutrée, l’orchestre, la chanteuse, l’odeur de la chicha aux fruits (pomme, fraise…) enfumant toute la salle, rappellent indéniablement l’ambiance des Mille et Une nuits. Certains endroits ont même installé des tentes caïdales pour parfaire le décor. Durant toute la soirée, des mets et autres desserts fins sont servis à volonté. Des serveurs viennent offrir de temps à autre, un thé à la menthe, avec pignons, ou café turc. Un peu plus loin des cafés et autres endroits branchés, à quelques kilomètres de la Marsa, se trouve un lieu paisible où il fait bon vivre toute l’année: le petit village mythique de Sidi Bousaïd, dans la banlieue nord de Tunis. Tout de blanc et bleu vêtu, ce petit village offre un spectacle où s’allient animation, fête et culture. Tout vibre au rythme du mois sacré. Le café des nattes (kahoua el alia, un des lieux les plus visités par les touristes étrangers) voit défiler des centaines de noctambules tous les soirs, le café Sidi Chabaane et sa vue rocambolesque sur la Méditerrannée plongent dans une ambiance unique de Ramadan. Ici, on vient surtout chercher un peu de quiétude loin du vacarme des villes et des animations tapageuses. Tard dans la nuit, les fêtards quittent petit à petit les différents lieux d’animation. Ils se donnent rendez-vous le lendemain pour une nouvelle soirée qui promet encore d’être bien animée.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc