×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Pacte: Les «nouveaux» mauvais élèves

Par L'Economiste | Edition N°:1772 Le 20/05/2004 | Partager

. Les Pays-Bas et la Grèce aussi sur la selletteLa Commission européenne a ouvert hier, mercredi, une procédure en déficit excessif contre les Pays-Bas pour le dérapage de leurs déficits au-delà des limites du pacte de stabilité. Elle a aussi initié une surveillance budgétaire contre la Grèce qui va déboucher également sur une procédure. «Les déficits publics des Pays-Bas se sont élevés à 3,2% en 2003», franchissant le plafond de 3% du PIB fixé par le pacte de stabilité, «et pourraient encore s’inscrire à 3% ou plus en 2004, malgré les mesures d’économies additionnelles adoptées par le gouvernement néerlandais le 16 avril», estime l’exécutif européen. Constatant l’existence d’un «déficit excessif» aux Pays-Bas, la Commission recommande aux ministres des Finances de l’Union européenne d’adresser «des recommandations» au gouvernement néerlandais pour qu’il prenne les mesures correctives nécessaires pour les réduire. La recommandation de la Commission est le premier pas de la procédure en déficits excessifs contre les Pays-Bas. Pour être effective, la procédure doit être entérinée par les ministres des Finances de l’UE. La Commission s’attend à ce que les grands argentiers examinent la recommandation «lors de leur réunion le 2 juin», indique le communiqué. La Haye disposera alors de quatre mois pour prendre des mesures correctives. Par ailleurs, la Commission a adopté mercredi «un rapport» sur les déficits publics de la Grèce qui ont franchi également en 2003 le plafond de 3% du PIB, à 3,2%. «Ils vont probablement rester au-dessus de 3% en 2004», estime la Commission. En outre, «le niveau élevé de la dette publique grecque et le rythme lent de leur réduction sont également un sujet d’inquiétude», souligne Bruxelles. Après examen de ce rapport par les représentants des Etats dans deux semaines, la Commission ouvrira une procédure également contre la Grèce «demandant aux ministres des Finances d’adresser des recommandations à Athènes lors de leur réunion le 5 juillet», souligne l’exécutif européen. Les deux pays rejoignent ainsi le club, déjà bien rempli, des Etats en délicatesse avec le pacte européen, la France et l’Allemagne. L’Italie risque de franchir la limite cette année. (AFP) 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc