×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Les sanctions US contre Damas de plus en plus inquiétantes

Par L'Economiste | Edition N°:1662 Le 15/12/2003 | Partager

La Ligue arabe a exprimé hier, dimanche 14 décembre, son «extrême inquiétude» des sanctions américaines imposées à Damas, et a appelé Washington à abandonner son «alignement» sur Israël.«La Ligue arabe exprime son extrême inquiétude après la signature de la loi contre la Syrie», a déclaré le porte-parole de la Ligue Hossam Zaki, regrettant «qu’une telle démarche soit entreprise, pour ajouter à l’amertume et à la frustration dans l’ensemble de la région». Cette mesure «soulève d’importants points d’interrogation au sein de l’opinion publique arabe sur les intentions et les buts de cette loi», a-t-il indiqué à la presse. «Il est nécessaire que les Etats-Unis retournent au rôle d’intermédiaire honnête au Proche-Orient (...) et s’écartent de leur alignement sur Israël», a ajouté le porte-parole. La politique américaine partiale à Israël «provoque les peuples arabes et musulmans et crée un climat de tension, de colère et de frustration», a-t-il affirmé, déplorant que les Etats-Unis n’agissent pas contre «Israël dont le gouvernement actuel viole quotidiennement la loi internationale». Rappelons que le président américain George W. Bush a signé vendredi une loi instituant des sanctions économiques et politiques contre Damas.Cette loi autorise Bush à décréter des restrictions sur les exportations et les investissements américains en Syrie, abaisser le niveau de la représentation diplomatique américaine à Damas, et restreindre la liberté de circulation des diplomates syriens aux Etats-Unis. L’administration américaine veut que la Syrie cesse son soutien au Hezbollah chiite libanais et aux organisations palestiniennes basées à Damas, qu’elle considère, à l’instar d’Israël, comme des mouvements «terroristes». En outre, Washington accuse Damas de laisser passer des combattants armés en Irak.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc