×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Les exemples de gestion environnementale
Des bus écolo dans le transport urbain

Par L'Economiste | Edition N°:1910 Le 06/12/2004 | Partager

. Un filtre pour éliminer la pollution émise par les gaz d’échappement . Fini les mauvaises odeurs et la fumée noireDes filtres à particules pour éliminer les polluants dégagés par les bus. Voilà une technique qui pourrait intéresser les collectivités locales marocaines pour faire diminuer la pollution atmosphérique générée par les gaz d’échappement. Ce procédé, actuellement en vogue dans une Union européenne méticuleuse en matière d’environnement, a focalisé l’attention au salon Pollutec. Et pour cause, le gouvernement français a annoncé un important programme de dépollution atmosphérique à travers l’équipement de quelque 2.000 bus de filtres à particules pour un coût de près de neuf millions d’euros.Pour le Maroc, une telle initiative est intéressante pour au moins trois raisons. D’abord: la vétusté du parc véhicule, un des gros facteurs de pollution. Ensuite, le risque de mortalité élevé (problèmes respiratoires et cardiaques). Et enfin, l’arrivée de nouveaux transporteurs urbains et les exigences croissantes en matière de santé environnementale.Le procédé, tel qu’expliqué par la société française Comela, un des fabricants de filtres, consiste à installer un pot d’échappement spécial qui élimine les principaux polluants atmosphériques: les hydrocarbures et le monoxyde de carbone (principal gaz à effet de serre). Ce pot, équipé de cartouches filtrantes et d’un catalyseur à base de platine, permet de brûler toutes les impuretés avec un taux d’efficacité de 95%. . Qui doit supporter le coût?Pour permettre cette combustion, les filtres à particules ont, bien sûr, besoin de la chaleur, que génèrent les moteurs en marche. En cas de stationnement du véhicule, les gaz se refroidissent. Une autre technique est alors envisagée. Un système d’injection de gazole permet d’augmenter la température pour obtenir l’auto-inflammation des particules. Fini les mauvaises odeurs et la fumée noire. En tout cas, ce système, commercialisé actuellement en Europe pour les poids lourds, gros pollueurs, nécessite une maintenance rigoureuse. Il faut démonter le dispositif des filtres tous les deux ans et le faire passer dans une machine à régénérer. Il faut cependant signaler deux difficultés qui peuvent se poser si jamais le Maroc décide d’adopter ce mécanisme. La première est la forte concentration du soufre dans le gazole. Le système est conçu pour le moteur diesel à la norme européenne, c’est-à-dire à 350 PPM ou, en dessous (50 PPM). Dans les faits, au Maroc, la consommation du 350 PPM, qui n’a été introduit qu’en 2002, reste très limitée. La plupart du parc roule encore au bon vieux 10.000 PPM. Ce carburant se limite aux véhicules neufs dont la motorisation est configurée à la norme de consommation européenne. Les plus anciens, donc les plus dangereux pour l’environnement, roulent encore avec du gazole normal, à forte teneur en soufre. Concrètement, le soufre endommage le catalyseur du filtre, fait à base de platine. Une très forte concentration de soufre est en principe incompatible avec cette technique de filtres. Mais les responsables de Comela affirment qu’il est possible d’envisager des additifs au système en fonction de la quantité du soufre dans le carburant. Deuxième difficulté: le coût du filtre, estimé entre 4.000 et 7.000 euros. L’aide de l’Etat est importante pour arriver à écouler ce produit. C’est pour cela que le gouvernement français prendra en charge les deux tiers de ce coût. Quel bel exemple!De notre envoyée spéciale à Lyon, Nadia LAMLILI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc