×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les cadres des finances se penchent sur la déconcentration

Par L'Economiste | Edition N°:1764 Le 10/05/2004 | Partager

. C’est le thème de la 6e journée organisée par le ministère des Finances C’est pour débattre d’un thème très en vogue dans le milieu administratif que les responsables des différents départements du ministère des Finances et de la Privatisation se sont réunis vendredi dernier à Rabat. “Déconcentration et simplification des procédures était le sujet retenu de la 6e journée des cadres. “Il s’agit d’une thématique composée de trois axes fédérateurs de l’action de modernisation de l’administration publique”, a indiqué Fathallah Oualalou, ministre des Finances. Le but est “d’assurer un service publique de qualité au moindre coût”, ajoute-t-il.La concrétisation de ces objectifs passe inéluctablement par “le renforcement de la politique de décentralisation et de déconcentration”. Cette politique doit être axée sur la délégation de pouvoirs et des moyens aux services déconcentrés.Car aux yeux de l’argentier du Maroc, “la déconcentration devrait constituer la règle générale de répartition des compétences”. Il a indiqué par la suite que le ministère a mis en place une politique dans ce sens, au niveau des directions à réseaux, basée sur une approche pragmatique. Cette démarche vise à déléguer progressivement les pouvoirs aux services déconcentrés. Concernant la simplification des procédures administratives, le ministre a précisé que “ les différentes directions du ministère sont en train d’élaborer des manuels de procédures et des nomenclatures de pièces devant être actualisés périodiquement”. Et c’est dans ce même souci de moralisation de la vie publique et d’amélioration de la productivité de l’administration que le ministère de la Modernisation des secteurs publics a élaboré un projet de décret sur la déconcentration. Ce projet, a précisé Najib Zerouali, ministre chargé de ce département, “définit les principes et les actions de déconcentration et de décentralisation administratives”. Le texte redéfinit les attributions de chaque ministère en vue de procéder à un redéploiement des ressources humaines, selon des pôles de compétences régionaux. Ils seront organisés indépendamment du changement de l’architecture des départements ministériels. Toutefois, Chakib Benmoussa, secrétaire général du ministère de l’Intérieur, ne partage pas l’avis des ministres. Selon lui, “la déconcentration reste encore un objectif à atteindre”. Autrement dit, c’est un projet non encore concrétisé. Benmoussa a évoqué deux cas pour appuyer ses propos: le programme de lutte contre les effets de la sécheresse et la création des CRI. Pour le premier point, Benmoussa a indiqué que le taux de réalisation de cette opération, lancée en 2003, était insuffisant. Pourtant, tous les moyens étaient mis en place pour la réussite de ce programme.Au sujet des CRI, et après 2 ans d’existence, “les résultats sont mitigés”, affirme le secrétaire général. Certes, les centres ont adopté une démarche volontariste et ont pu réaliser des avancées sur le plan “ guichet de création d’entreprise”; en revanche, il reste du chemin à parcourir pour le volet aide à l’investissement. Ce retard s’explique par la rigidité de certaines procédures, argumente Benmoussa. ABA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc