×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Le rêve indien d’Ahmed…

Par L'Economiste | Edition N°:1805 Le 06/07/2004 | Partager

. Surnomé “Lhindi”, il a succombé aux charmes de la musique et de la danse du pays de GandhiLa musique indienne représente pour moi, ma mère, ma femme, mes frères et sœurs. C’est toute ma vie”, explique Ahmed, un mordu de la musique indienne, les yeux presque larmoyants d’émotion.Dans sa petite chambre à moitié envahie par des cassettes, des CD et des DVD, la voix de “Lhindi” prend un ton plus grave : “Dans ma vie, je peux tout laisser tomber sauf cette musique”.Au milieu des posters, grandeur nature de stars indiennes, qui recouvrent la totalité des murs de la chambre, Ahmed se sent bien. Ses photos aux côtés d’Amitabh Bachcham et Chaci Kapoor, légendes vivantes du cinéma indien, occupent le centre de son petit temple indien.Sa passion pour la musique l’a également conduit à la danse et au cinéma indiens. Il en est très fier : “J’ai appris plus de 2.500 chansons, textes, mélodies et aussi la façon de danser des comédiens dans les films”.. Un signe du cielDans un coin de la chambre, une bibliothèque ploie sous le poids des livres. Sujet unique: l’Inde. “C’est un pays magique. Sa culture m’ensorcelle. Mon grand rêve est d’avoir l’occasion de visiter ce pays qui occupe presque toutes mes pensées”.Son grand rêve, Ahmed n’est pas loin de le réaliser. Sa sœur vient de se marier à un Indien qui travaille au Maroc : “Pour ma famille, c’est une pure coïncidence. Pour moi, c’est un signe du ciel”.Ses toutes premières découvertes de la musique du pays du Mahatma Gandhi, Ahmed les a faites à l’âge de 13 ans. Depuis, ces rythmes ne l’ont plus quitté: “Etant gamin, mon oncle m’avait offert une cassette. Immédiatement, ça a été le coup de foudre”.La mère d’Ahmed raconte : “Mon fils s’isolait dans sa chambre et répétait en cachette des journées entières, devant le miroir. Nous n’étions pas trop d’accord. Cela l’éloignait de ses études”.. “Je pars pour le Nirvana”En effet, Ahmed quitte l’école quelque temps après. “J’écrivais des chansons sur la table pendant que le prof de maths expliquait la leçon. Mais si je devais refaire ma vie, je choisirais celle-là”; il esquisse des gestes avec ses pieds sans même se rendre compte qu’il donne la réplique à un chanteur indien qui danse à la télé.Viennent ensuite les spectacles pour les amis, avant de s’aventurer devant le grand public dans les fêtes. “A chaque fois que je fais cela, c’est le Nirvana. Ma première présentation devant un grand public a eu lieu à l’occasion de la fête du Trône. Les spectateurs étaient nombreux et le Caïd m’a promis une nuit dans la prison de l’arrondissement, si jamais je faisais foirer la fête. Après j’ai raflé tous les prix des concours locaux auxquels j’ai participé”.Pour Hassan, son ami d’enfance, Ahmed est un phénomène : “Il est unique dans son genre. Je n’ai jamais compris comment une personne peut aimer une musique et une culture aussi lointaines. Cependant, j’ai toujours respecté sa passion. Il y met tout son cœur et ses tripes”.Ahmed ne s’est pas arrêté seulement à la chanson. Il s’intéresse également à la culture indienne. Il aime la langue, le cinéma et aussi le pays. A présent, grâce aux chansons et aux films sous-titrés, il peut s’aventurer dans une discussion en langue indienne.Sa passion le sert aussi auprès des femmes: “Je me sens comme un héros à l’indienne et les femmes adorent cela. Joindre l’utile à l’agréable n’a jamais fait de mal à personne”. Mohamed AKISRA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc