×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Le Quartette se réunit à Charm el-Cheikh

Par L'Economiste | Edition N°:1901 Le 23/11/2004 | Partager

. L’élection présidentielle palestinienne à l’ordre du jourLe Quartette, qui regroupe quatre principaux acteurs internationaux dans le conflit du Proche-Orient, se réunit aujourd’hui 23 novembre en marge de la conférence internationale sur l’Irak qui doit s’ouvrir à Charm el-Cheikh (Egypte), a annoncé hier 22 novembre un diplomate occidental. Il s’agit de la première réunion du Quartette (Union européenne, Etats-Unis, Nations unies, Russie), depuis le décès de Yasser Arafat le 11 novembre. Elle intervient après la visite du secrétaire d’Etat américain Colin Powell en Israël et dans les territoires palestiniens, au cours de laquelle il avait eu les 21 et 22 novembre des entretiens avec des responsables israéliens et des membres de la nouvelle direction palestinienne. Depuis la mort d’Arafat, les Etats-Unis estiment qu’il y a une nouvelle opportunité pour relancer le processus de paix au Proche-Orient, notamment en réactivant la Feuille de route, plan de paix élaboré par le Quartette, qui prévoit la création d’un Etat palestinien indépendant, prévu au départ pour 2005 et reporté à 2009 par le président américain George W. Bush. Cette réunion devrait notamment examiner la question de l’élection présidentielle palestinienne prévue le 9 janvier et le soutien de la communauté internationale aux demandes des Palestiniens pour l’organisation de ce scrutin qui va permettre de choisir un successeur à Yasser Arafat à la tête de l’Autorité palestinienne. Des représentants des Etats-Unis, de l’Irak, de l’Iran seront à la même table de conférence, en même temps que ceux des pays arabes et musulmans, du G-8 (principaux pays industrialisés), de l’UE (Union européenne), de la Chine et les Nations unies. Au centre de la conférence figurera aussi l’avenir de l’Irak, en guerre depuis son invasion, par une coalition multinationale dirigée par les Etats-Unis, en mars 2003. Le gouvernement intérimaire de Bagdad a voulu forcer la main de la conférence en fixant, avant son ouverture, au 30 janvier la date des élections générales qui doivent se tenir en Irak pour choisir une Assemblée nationale transitoire chargée de former un nouveau gouvernement et préparer un projet de constitution permanente. Certaines délégations, dont l’Egypte, souhaitent le report du scrutin. Les Nations unies seraient aussi réticents à exposer leurs fonctionnaires, alors que les combats se poursuivent dans les régions sunnites entre troupes américaines et rebelles. Le parti Baas irakien (clandestin), qui encadrerait une partie des rebelles, a qualifié de “vaine et inutile” la conférence de Charm el-Cheikh, soulignant qu’il “n’y a pas de processus politique dans un Irak occupé, mais confrontation et combat contre l’occupant”. Les pays voisins de l’Irak (Turquie, Syrie, Arabie saoudite, Jordanie, Koweït et Iran) doivent tenir une réunion lundi pour examiner la question du renforcement du contrôle à leurs frontières pour empêcher l’infiltration de combattants en Irak. Les ministres de l’Intérieur doivent se réunir le 30 novembre à Téhéran, a annoncé le ministre des Affaires étrangères irakien, Hoshyar Zebari.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc