×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

La Samir prospecte à Sidi Kacem

Par L'Economiste | Edition N°:1846 Le 03/09/2004 | Partager

. Le forage commencera au mois d’octobre prochain . Le coût des études préliminaires est de 29 millions de DHLA Samir réalisera un forage de 1.700 mètres de profondeur dans la région de Sidi Kacem. Les travaux débuteront au mois d’octobre 2004 à 20 kilomètre au nord-est de la ville. Le site en question se situe également à 2 kilomètres au nord-est de l’ancien champs pétrolier Haricha, connu pour son potentiel. Il est réputé pour être un site de prédilection pour la prospection pétrolière. Il a été maintes fois exploité par le passé. Des puits y ont été creusés dans les années 1920 et ensuite dans les années 1950. Le raffineur national vient donc d’adjuger cet important marché et c’est au moyen de l’appareil IDECO H525 de l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) que le forage sera effectué. La Samir reste toutefois discret sur l’investissement global de l’opération. Mais selon les estimations préliminaires d’un responsable, «rien que les travaux d’excavation devront coûter au bas mot 15 millions de DH». Plusieurs autres travaux et paramètres s’ajouteront au coût global que le raffineur n’a pas encore définitivement arrêté. Ce dont on est sûr concernant le volet financier du projet, c’est le coût global des études préliminaires qui a atteint 29 millions de DH. Les études ont duré 6 ans et ont porté sur 400 kilomètres de sismique 2D ainsi que sur des études de retraitement sismique et d’interprétation. Ce sont des consultants de renommée internationale, notamment l’anglais ECL et le suédois Svenska qui ont réalisé l’étude. Les résultats, selon un responsable à la Samir, montrent qu’il y a des signaux forts de présence d’un réservoir. «Le produit peut être exploité, mais ce n’est pas à coup sûr», ajoute la même source. Le pétrole peut être disponible mais à quantités insuffisantes pour l’exploitation. La plupart des sociétés de prospection qui ont œuvré au Maroc ont été confrontées à ce problème. En tout cas, au-delà des résultats que cette prospection peut avoir, le raffineur veut valoriser son pôle prospection qui, selon un responsable, «n’a jamais été interrompu». Par ailleurs, la Samir cherche à s’inscrire dans un processus de remise en forme de ses activités. La prospection pétrolière en fait partie et reste au cœur de la stratégie pétrolière du raffineur à côté de la modernisation de ses activités qui fait l’objet d’un investissement de 600 millions de dollars ou le nouveau chantier du gaz naturel.


L’extension du site de Mohammédia

LA Samir a soumis dernièrement un important projet d’investissement à la Primature. Une commission constituée de plusieurs départements devra trancher très prochainement. En effet, la réponse des pouvoirs publics est attendue dans les semaines à venir. La proposition qui est aujourd’hui en cours d’étude, consiste à moderniser la raffinerie de Mohammédia. Cette modernisation portera essentiellement sur l’extension du site à travers une nouvelle usine dotée de nouvelles technologies. Il s’agit de la création d’une unité d’hydrocracking pour moderniser l’outil de raffinage. La Samir est le troisième en Afrique après les unités de l’Afrique du sud et de l’Egypte à disposer de ce type de structure.Mostafa BENTAK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc