×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L’ALE UE-Mercosur relancé

Par L'Economiste | Edition N°:1887 Le 01/11/2004 | Partager

. Il donnerait naissance à la plus vaste zone de libre-échange du monde. Cette zone ferait le contrepoids face aux Etats-UnisLes cinquièmes rencontres Europe-Amérique latine ont débuté le 28 octobre dernier à Biarritz, dans le sud-ouest de la France, avec, parmi les objectifs de ce forum informel, l’idée de réchauffer des relations plutôt tièdes, après le récent demi-échec des négociations entre l’UE et le Mercosur. «En ce moment, l’Amérique latine n’est pas parmi les priorités de l’Europe, plus concentrée sur l’élargissement, la constitution, ses relations avec les Etats-Unis et les possibilités commerciales offertes par la Chine et l’Inde», a souligné l’ancien président de Colombie, Ernesto Samper. Des négociations entre l’UE et le Mercosur, pour la mise en place d’une association de libre-échange, ont connu un demi-échec la semaine passée avec la décision d’ajourner les discussions jusqu’au premier trimestre 2005. L’UE et le bloc commercial sud-américain, qui cherchent depuis 1999 à signer un accord créant la plus vaste zone de libre-échange du monde, s’étaient initialement donné comme échéance le 31 octobre 2004, correspondant à la fin du mandat de l’actuelle Commission européenne. Pourtant, «il existe dans le modèle européen des éléments qui facilitent les relations» avec l’Amérique latine, a estimé l’ancien ministre espagnol de la Culture Jorge Semprun. C’est le cas tout particulièrement de la «diversité culturelle» qui caractérise les deux régions, selon Semprun, par opposition à la culture américaine d’un voisin souvent encombrant de l’Amérique latine. Au sujet des relations entre l’Amérique latine et les Etats-Unis, l’ancien président du Guatemala, Marco Vinicio Cerezo Arévalo et la ministre mexicaine des Affaires sociales Josefina Vasquez Mota sont du même avis. «Nous avons besoin d’une Europe très forte, pour avoir un contrepoids dans un monde dominé par un poids lourd». La première journée de ce forum informel a aussi été l’occasion de faire le point sur l’état de l’économie en Amérique latine. «Les dernières études et projections montrent une certaine relance de la croissance économique en Amérique latine», a indiqué Enrique Garcia, président de la banque régionale de développement Corporacion Andina de Fomento. La région devrait afficher en 2004 une croissance de 5%.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc