×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Khénifra panse ses plaies après les inondations

Par L'Economiste | Edition N°:1663 Le 16/12/2003 | Partager

. Le ministère de l’Intérieur vient d’octroyer 20 millions de DH à la ville DES centaines de personnes rassemblées devant le siège de la province de Khénifra samedi. Ils réclament leurs parts des dons distribués après les inondations qui ont frappé la ville la semaine dernière. Pour eux, les dons ne correspondent pas à l’importance des dégâts. La catastrophe avait créé un climat tendu. Toutes les victimes veulent être servies en premier lieu. Devant des débordements, des agents de l’autorité rassurent les sinistrés et leur demandent d’être patients. Les gens attendent et chacun en profite pour raconter son cas. Un drame douloureux. Des dégâts tragiques. A l’origine, l’Oued Oum Er-bia qui avait débordé de son lit, mercredi, après 16 heures de pluies diluviennes. Les eaux ont recouvert tout ce qui se trouvait sur leur chemin. Même le cheptel et les plantations (oliviers et arbres divers) n’ont pu échapper à ce drame…“Notre situations est catastrophique. Nous avons perdu tous nos biens”, regrette une victime. Il s’agit notamment des propriétaires des habitations situées sur le bord de Oum Er-bia. Ceux des quartiers d’Ait Khassa, Hattab, Hamria et Assaka partagent les mêmes opinions et dénoncent la précarités des routes et autres infrastructures d’assainissement. Les inondations ont détruit une partie du pont Moulay Ismaïl et le site portugais, un monument de la ville. Des travaux de réaménagement des voiries sont lancés en ville. “La province a chargé une commission pour le recensement des victimes et le ministère de l’intérieur vient d’octroyer à la ville une enveloppe de 20 millions de DH”, fait savoir d’un ton rassurant Kaddour Chehboune, gouverneur. Au total, 317 familles victimes ont profité des dons, ajoute-t-il. La Fondation Mohammed V a distribué des fournitures comme des matelas, couvre-lits, farine, huile, sucre et thé… La distribution des denrées alimentaires et vestimentaires se poursuivra jusqu’à épuisement des stocks. La salle, entrepôt de stockage, de la province contenait 32 tonnes de farine, 1.300 couvre-lits, 900 matelas, 1.750 kg de sucre et 650 bouteilles d’huile. Une délégation officielle s’est rendue, dimanche, sur les lieux de la catastrophe pour évaluer les besoins de la population.


Les habitants prévenus mardi à 19h

LE signal d’alarme a été envoyé par la Météo aux autorités deux jours avant les pluies. Au moment des averses, les Moqadems ont commencé à faire le porte-à-porte pour prévenir les habitants. La situation était devenue critique quand le niveau d’eau de l’oued a atteint 7,5 mètres. “Des habitants ont eux aussi leur part de responsabilité”, commente Chehboune. Selon lui, il y a des gens qui évacuent les eaux usées sur l’Oued à travers des canalisations improvisées. Et c’est normal quand le niveau d’eau augmente de l’Oued, leurs maisons en subissent les conséquences…Younes SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc