×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Jorf Lasfar: Un nouveau quai opérationnel en octobre

Par L'Economiste | Edition N°:1846 Le 03/09/2004 | Partager

. Il permettra de soulager le trafic maritime en augmentation…. …Et de recevoir des navires de gros tonnageDepuis l’année dernière, le port de Jorf Lasfar connaît un regain d’activités en matière de trafic des navires. Le trafic global s’est, en effet, établi au terme de l’année 2003 à 11.152.517 tonnes contre 10.329.322 en 2002. L’activité s’est davantage intensifiée pendant l’année en cours, indique Mohammed Majdi, chef de la division technique de l’Odep à Jorf Lasfar. Jusqu’à la fin du mois de juillet dernier, le trafic des navires à l’import a augmenté de 4% avec un cumul de 4.327.398 tonnes contre 4.174.903 pour toute l’année précédente. Les exportations ont connu également une forte augmentation avec une hausse de 8% pour la même période. Globalement, les exportations sont passées de 2.319.222 tonnes au cours de l’année dernière, à 2.511.752 tonnes comme il a été constaté jusqu’au début de cet été. A la fin de cette année, les indicateurs de tonnage cumulé seront évidemment beaucoup plus élevés, fait remarquer Majdi. L’importation de céréales et d’alimentation pour le bétail a connu de son côté une très forte régression cette année avec une diminution respectivement de moins 81% et à moins 70% ce qui est un bon signe de cette année agricole, a expliqué Naima El Karani, responsable commerciale de l’Odep à Jorf Lasfar.L’OCP, de son côté, a augmenté ses importations de soufre de 5% (1.154.620 tonnes pour l’année en cours contre 1.098.196 en 2003). L’Office chérifien a par contre exporté plus d’acide avec une augmentation de 55% (1.471.673 tonnes jusqu’en juillet). La centrale électrique a consommé 11% de plus en charbon par rapport à l’année écoulée. Depuis l’incident de la Samir, les hydrocarbures connaissent un important trafic par le port de Jorf Lasfar. Des sociétés ont développé des moyens de manutention dans la région pour cette activité. Par mode de conditionnement, le trafic en vrac (solide et liquide) représente la quasi-totalité du trafic du port. Les vracs liquides connaissent une augmentation constante. Les principaux trafics de cette catégorie inscrits à la hausse sont l’acide phosphorique, l’ammoniac et les hydrocarbures. Depuis la mise en activité de Sonasid, l’importation de la billette est aussi en augmentation soutenue avec une hausse de 28% comme constaté fin juillet dernier et en comparaison avec l’année 2003. Sur un autre plan, il est à noter que l’OCP a été la première entreprise à profiter des installations du port de Jorf Lasfar. De même que la centrale électrique gérée par Jlec. Le port donne ainsi l’impression de figer ses activités sur les grandes entités de la zone que sont l’OCP, la Jlec, Sonasid et des sociétés importatrices d’engrais et d’hydrocarbures. L’Odep ne dispose actuellement que de 2 postes de libre pour les exploitations diverses. Ces postes sont de 200 mètres et d’un poste de 106 mètres linéaires. Jusqu’au 31 juillet de l’année en cours, ce sont globalement 444 navires qui ont transité par le port de Jorf Lasfar, contre 426 durant toute l’année 2003 enregistrant ainsi une augmentation de plus de 4%. Ce qui justifie largement la construction du nouveau quai 14, explique Mohammed Majdi. Ce quai équipé d’une grue mobile permettra l’accostage de navires à grand tonnage. Il est de 256 mètres linéaires. Les travaux de construction de cette nouvelle structure qui auront nécessité un investissement global de 145 millions de dirhams doivent s’achever en octobre prochain.


Tonnage

Ouvert au commerce international depuis 1982, le port de Jorf Lasfar constitue l’un des maillons de l’infrastructure portuaire du Maroc. Il est situé à 110 km au sud-ouest de Casablanca. Le port, outre sa vocation première de transit des produits phosphatiers, énergétiques et conventionnels, se trouve dans une région qui se distingue par ses richesses agroalimentaires et ses potentialités industrielles. Il dispose de capacités nautiques lui permettant d’accueillir des navires de port en lourd de 120.000 tonnes. Le port est conçu pour répondre à un trafic maritime de plus de 25 millions de tonnes.De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc