×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

G77: SM le Roi exhorte les participants à passer au concret

Par L'Economiste | Edition N°:1664 Le 17/12/2003 | Partager

. Dépassons les conflits et pensons à l’intégration régionale, a recommandé le Souverain Si au niveau institutionnel, les recommandations de la réunion de La Havane en 2000 ont pris forme, celles plus importantes comme la création d’institution d’aide à la coopération Sud-Sud tardent à venir. C’est du moins le sentiment qui règne dans les coulisses de la Conférence de haut niveau du Groupe 77 (plus la Chine), dont les travaux ont démarré hier et s’achèveront le 19 décembre. Une réunion qui a pour objectif de dresser un bilan à mi-parcours des décisions du sommet de La Havane qui, d’ailleurs, n’est pas positif. «Il faut dépasser le stade des déclarations de foi pour des réalisations concrètes et des partenariats entre entreprises et régions entières». Un message fort a été en effet envoyé par le Souverain, appelant à approfondir le modèle triangulaire de coopération associant les projets, l’expertise et le financement provenant des pays du Nord. . Paix et terrorismePour SM le Roi, la coopération régionale doit être un argument pour attirer l’opinion internationale, focalisée actuellement sur les questions de paix et de terrorisme. «A cette fin, nous devons faire accélérer le mouvement des échanges entre nos pays en favorisant leur désenclavement ainsi que leur intégration sur des bases saines, rejetant les conflits des époques révolues», a affirmé le Souverain. Sont au programme d’ailleurs des séances de travail pour identifier des actions de coopération. Normalement, la conférence devra s’achever avec la concrétisation de partenariats dans les domaines de technologies, des énergies renouvelables, deux des points principaux à l’ordre du jour. En effet, deux institutions recommandées par le sommet de La Havane comme le Fonds monétaire pour les pays du Sud et la banque de coopération Sud-Sud n’ont toujours pas vu le jour. «Peut-être que les recommandations de 2000 étaient trop prétentieuses pour la coopération Sud-Sud», ironise un délégué africain. En séance plénière, des participants de pays arabes insisteront beaucoup sur la complémentarité d’une coopération Sud-Sud parrallèlement à celle entreprise avec le Nord. «C’est à nous de renforcer la coopération régionale d’abord et d’être aidés en cela par les organisations internationales», insiste un délégué arabe. D’autre part, les pays du G77 attendent une plus grande assistance que ce soit des pays du Nord ou des organisations internationales. «Les niveaux d’aides internationales sont en deçà des attentes», estiment des représentants de différentes délégations et les efforts de nombreux pays pour réduire la pauvreté n’ont pas abouti. Ce sont aussi les effets de la répartition inégale de la mondialisation. Le G77 compte sur la rencontre de Marrakech pour la mise en oeuvre des déclarations internationales précédentes. D’ailleurs, pour la première fois,le groupement ouvre sa conférence de haut niveau aux ONG et aux pays donateurs. Badra Berrissoule

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc