×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

France/Brésil: Une aide à la production des génériques à l’étude

Par L'Economiste | Edition N°:1871 Le 08/10/2004 | Partager

. Cela permettra de répondre à de graves problèmes de santé publiqueLe ministre français de la Santé, Philippe Douste-Blazy, a annoncé mercredi 6 octobre à Brasilia l’intention de la France d’accélérer la transposition en droit français de l’accord signé le 30 août 2003 par tous les pays de l’OMC, afin d’aider les pays en voie de développement à produire leurs propres génériques. Douste-Blazy a fait cette annonce lors d’une rencontre avec le président brésilien Ruiz Inacio Lula da Silva. «La transposition dans le droit français se fera dès le 1er semestre 2005», sans attendre la décision de Bruxelles, a-t-il précisé. Parmi les pays développés, seuls le Canada et la Norvège ont déjà transposé cet accord dans leur droit, a affirmé le ministre, ajoutant que la France devenait ainsi le premier pays de l’Union européenne à «montrer l’exemple». L’accord de l’OMC autorise un pays qui a besoin d’un médicament et qui n’en dispose pas à demander une licence obligatoire au pays détenteur du produit, et d’utiliser cette licence pour produire lui-même le médicament, ou le faire produire dans un pays tiers après appel d’offres.«Aujourd’hui, pour faire des médicaments, il faut acheter des brevets. Grâce à l’accord, une fois transposé dans notre droit, les brevets français de certains médicaments indispensables seront gratuits», a expliqué le ministre français de la Santé. «Les génériques seront donc beaucoup moins chers à produire», a-t-il ajouté.En guise de comparaison, les antirétroviraux (contre le sida) coûtent entre 10.000 et 12.000 dollars par an et par personne. Leurs génériques reviennent entre 200 et 300 dollars par an et par personne.A l’issue de l’entretien qu’il a eu avec Douste-Blazy, le président brésilien a déclaré à la presse que «tous les accords possibles doivent être établis pour aider les pays les plus pauvres».Selon lui, ces accords sont «un moyen concret de changer de méthodes dans l’aide internationale aux pays pauvres, et d’en finir avec la charité».Pour Douste-Blazy, la décision française sur ces brevets permettra au Brésil, qui compte environ 600.000 séropositifs, de répondre à de graves problèmes de santé publique, mais aussi de décoller économiquement en développant son industrie.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc