×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Fès sous le choc d’un autre effondrement

Par L'Economiste | Edition N°:1910 Le 06/12/2004 | Partager

. Bilan: Sept morts et sept blessés graves. Intervention rapide de la cellule de sauvetage Sept membres d’une même famille ont trouvé la mort dans l’effondrement de leur maison, vendredi dernier à l’aube, au quartier Dhar Lakhmiss (Hay Benzakour bas), suite aux dernières pluies. La maison de trois niveaux, construite il y a une cinquantaine d’années, s’est effondrée vers 3 heures 40 min du matin, causant la mort de deux femmes de 54 et 40 ans, trois hommes de 25, 38 et 51ans, une fillette de 11 ans et un garçon de 8 ans. Le bilan parle aussi de sept blessés graves.En effet, les habitants du quartier Dhar Lakhmiss, situé aux environ de l’hôpital Ibn El-Khatib, dormaient quand un bruit a été entendu, un choc et puis ce fut la catastrophe. C’est un autre drame après celui de l’écroulement de la mosquée Aïn Lkhayl (dix morts et sept blessés), le mois dernier. Encore des dégâts humains. Cette fois-ci, le bilan est moins lourd. Mais il faut noter que l’intervention de la Protection civile était très délicate. “Nous avons déployé tous les moyens pour sauver des vies, mais il se trouve que les débris avaient déjà couvert les sinistrés. Ceci nous a demandé un travail minutieux. Nous avons mis en œuvre des axes servant comme appuis pour extraire les corps”, indique M. Talib, commandant régional de la Protection civile. Malgré le nombre de secouristes (une soixantaine d’éléments), l’évacuation des victimes a duré plusieurs heures. Tout le monde voulait prêter main-forte. Les stagiaires sapeurs-pompiers ont également apporté leur aide. “C’est peut-être l’une de leurs premières actions sur le terrain, mais il faut souligner qu’ils ont fait un vrai travail de professionnels”, comme en témoigne un voisin qui a suivi l’intervention depuis le début. Sans l’utilisation de la “cellule de sauvetage et de déblaiement”, l’intervention n’aurait pu réussir. “C’est une véritable caserne mobile. Ce matériel, identique à celui qui a été destiné à la ville d’Al Hoceïma, est d’une valeur de 3,5 millions de DH”, explique un responsable de la Protection civile. Et d’ajouter que ladite “cellule de sauvetage et de déblaiement” a été mise à la disposition du commandement régional de la protection à la suite de l’effondrement de la mosquée Aïn Lkhayl. A rappeler que l’hiver ne fait que commencer. C’est la saison des effondrements de vieilles maisons à Fès. Les autorités locales sont mobilisées pour réagir à temps. Reste à signaler que les équipes de la Protection civile de Fès suivront un stage de formation à partir d’aujourd’hui. Ce sont des experts français qui vont leur assurer cette formation. De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc