×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Fès: Le Sheraton risque d’être déclassé

Par L'Economiste | Edition N°:1880 Le 21/10/2004 | Partager

. La commission d’inspection tarde à rendre public son rapport Le Sheraton de Fès gardera-t-il ses 5 étoiles ou sera-t-il déclassé? C’est à cette question, en effet, que doivent répondre les membres de la commission de reclassement qui a visité l’établissement il y a quelques semaines. Le rapport, établi à l’issue du passage de la commission, reste encore “confidentiel”. Chose étonnante puisque chaque unité hôtelière visitée par une commission de reclassement reçoit une notification avec les conclusions de la commission ainsi qu’une série de recommandations à appliquer, avec un sursis ou pas, afin de se mettre à niveau. Les responsables du Sheraton affirment qu’ils n’ont encore rien reçu. Où est donc ce fameux rapport? “Il est à la signature chez les autorités et même s’il tarde à venir, tous les hôteliers sont au courant de ce qu’il en ait”, indique une source proche de la commission. Parmi les constatations enregistrées par elle, figurent notamment les dégradations de standing ainsi que de multiples défaillances relevées à différents niveaux, tels que la qualité de service, l’état des locaux et l’équipement, la restauration, mais surtout le manque d’entretien et l’inadaptation de l’équipement avec les normes propres du standard requis. Des clients ont même remarqué l’état de délabrement du toit du restaurant de la piscine qui risquait réellement de s’effondrer vu toutes ses fissures. Si les clients ont fait des réclamations en interne, les hôteliers ont réagi de la même manière en externe. Pour eux, cet hôtel mène une politique tarifaire défaillante. . On a bradé les prix“Il est impératif que la politique tarifaire du Sheraton soit compatible avec son classement. Il brade les tarifs des 5 étoiles et s’aligne sur ceux des 3 étoiles”, déplore un hôtelier. En procédant ainsi, l’hôtel est incapable d’assurer les services et le standing pour lesquels il est autorisé. En tout cas, le Sheraton a, depuis un mois, un nouveau directeur originaire d’Egypte. Il s’agit de Adel Bibars. D’une grande expérience dans le domaine de l’hôtellerie, Bibars se dit prêt à corriger tous les maux dont souffre son établissement. Dès son installation à la tête de cet hôtel, ce directeur a lancé une grande opération de rénovation. A commencer par les équipements destinés à la restauration. “Nous avons acheté des équipements neufs pour la cuisine et passé de grosses commandes de serviettes, d’appareils pour la lingerie, de décorations pour les chambres. Nous étudions même la possibilité de construire une salle de conférences. C’est un investissement lourd, mais nous le supporterons si nous verrons que c’est nécessaire”, indique Bibars. “Ce joyau retrouvera tous ses signes de noblesse. Sa restructuration a été retardée à cause des événements du 11 septembre, du 16 mai et de Madrid. Aujourd’hui, le propriétaire est prêt à investir à Fès comme il l’a déjà fait à Marrakech et dans d’autres villes du Royaume”, souligne le directeur.Pour ce qui est des tarifs, Bibars évite le terme “brader les prix”. Pour lui, “il vaut mieux vendre des nuitées à 380 ou 400 DH lors des périodes creuses plutôt que de garder les chambres vides”. C’est ce qui fait d’ailleurs du Sheraton le “numéro un” en ce qui concerne le taux d’occupation qui dépasse les 70% alors que d’autres établissements de la même catégorie arrivent à peine à 30 ou 40%. De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc