×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Explosion de la dette privée

Par L'Economiste | Edition N°:1888 Le 02/11/2004 | Partager

. Le volume global s’est accru de 124%. Les émetteurs multiplient les opérations. Encouragés par les niveaux très attractifs des tauxLA crise qui a prévalu au sein du marché de la dette privée en 2003 n’a pas duré pendant les 6 premiers mois de cette année. L’engouement des investisseurs était au rendez-vous en dépit des multiples interventions de la banque centrale ainsi que du manque de visibilité quant à l’évolution des taux obligataires. Le volume global de l’ensemble des activités du troisième trimestre s’est, ainsi, établi à 1,102 milliard de DH, tous titres confondus, contre seulement 492,4 à la même période en 2003, soit une évolution de 124%. Par catégorie, ce sont les Billets de Trésorerie qui raflent la vedette avec 74% de l’ensemble des émissions (BT, BSF et Obligations), en termes de volume. Le volume des BT traité sur le marché primaire ce trimestre s’est élevé à 815 millions de DH contre 95 millions l’année précédente. Ce qui représente une évolution de 758%. «Encouragés par les niveaux très attractifs des taux durant ce trimestre et plus généralement depuis le début de l’année, les émetteurs de BT ont multiplié leurs opérations», expliquent les analystes de BMCE Capital. Le Groupe ONA a été parmi les premiers à réagir activement à cette baisse des taux en relevant son plafond de 300 millions à 1,5 milliard de DH. Le premier holding national a émis une troisième tranche le 2 juillet dernier d’un montant de 500 millions de DH.La tombée d’un montant de 500 millions de DH du 2 novembre prochain permettra au groupe d’envisager éventuellement une nouvelle émission. Les deux nouveaux intervenants de l’année 2004, la Centrale automobile chérifienne et la société Copragri ont multiplié leurs opérations durant ce trimestre. Leurs remboursements cumulés ont atteint 40 millions et 130 millions de DH respectivement. «La Centrale automobile chérifienne a choisi ce mode de financement afin de réduire ses charges financières et diversifier ses sources de financement», expliquent-ils. Le plafond de cette émission est de 50 millions de DH. L’encours émis par CAC s’élève à 30 millions de DH au 30 septembre 2004. Quant à Copragri, elle émet des BT sur des maturités inférieures à 1 mois, afin de couvrir son besoin en fonds de roulement. «Entre les mois de mai et septembre, la société a constitué son stock afin d’éviter une éventuelle pénurie durant la récolte locale où l’activité est faible», ajoutent les analystes de BMCE Capital. Ainsi, durant ce trimestre, la société a été assez présente sur le marché avec un montant revolving de 160 millions de DH. L’encours actuel est de 50 millions de DH, les dates d’échéances étaient fixées au 15 et 25 octobre pour des montants respectifs de 40 millions et 10 millions de DH. D’autres intervenants, pionniers de l’émission de Billets de Trésorerie, confirment leur présence sur le marché, tels que Charaf Corporation, Promopharm et Maghreb Steel. Charaf Corporation a augmenté son capital d’un montant de 100 millions de DH, ce qui a permis une amélioration substantielle de la prime de risque de la société, passant de 120 pbs à 70 pbs sur la maturité 6 mois. Ayant renforcé ses fonds propres, la société a augmenté sa capacité d’endettement demandant, à ce titre, une extension de son plafond de 50 millions à 100 millions de DH. L’opération serait en cours de validation par le CDVM.Pour ce qui est de Promopharm, elle ne cesse d’améliorer sa prime de risque qui est passée de 110 pbs lors de la première émission (21/11/02) à 75 pbs sur la maturité 3 mois. Son encours actuel est de 15 millions de DH, l’échéance de cette opération est fixée au 1er décembre 2004. Maghreb Steel assure une présence active sur le marché de la dette privée pour la troisième année consécutive. La société a procédé à l’émission de 14 tranches sur des maturités allant de 16 jours à 6 mois, enregistrant un encours global émis de MAD 437 millions de DH depuis le début de l’année. Par ailleurs, Maghreb Steel a étendu le plafond de son programme de 100 millions à 200 millions de DH. L’opération a été validée par le CDVM en août dernier. Le spread de la société a enregistré une diminution de près de 50% depuis sa première sortie sur le marché de la dette privée en 2002, pour se fixer à 45 points de base sur la maturité de 3 mois. La réduction de sa prime de risque s’explique notamment par une totale fiabilité de remboursement et par la solidité de sa situation financière. Deux tranches ont été émises ce trimestre.«En résumé, l’encours émis de Billets de Trésorerie s’est accru et les primes de risque des émetteurs ont été revues à la baisse, entre autres, en raison de la solvabilité de l’ensemble des émetteurs qui ont pu honorer leurs engagements à chaque échéance de remboursement», est-il souligné du côté de BMCE Capital. Preuve en est l’absence d’incident de paiement sur ce segment de marché depuis la première opération datée du 18 février 2002. Quant aux sociétés de financement, elles ont été peu présentes sur le marché de la dette privée et ce en dépit d’une tendance favorable des taux. Ce phénomène s’explique d’abord par le timing des tombées. De nombreux bons arrivent à échéance fin 2004 et début 2005. Mais aussi par l’aversion des investisseurs au secteur, «certaines sociétés de financement n’arrivent pas à susciter l’intérêt des investisseurs pour leur papier», expliquent les analystes. Au cours de ce trimestre, trois opérateurs ont émis des Bons de Sociétés de Financement, dont deux filiales du Groupe BMCE Bank, Salafin et Maghrebail. Le troisième émetteur est Wafasalaf avec un montant de 50 millions de DH. Ces opérations totalisées à 207,50 millions de DH sont en baisse de 48% par rapport à la même période l’année précédente (397,40 MDH). Par ailleurs, elles sont en baisse de 33,5% par rapport au trimestre précédent.Fédoua TOUNASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc