×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Environnement
Enormes montants, énormes ratages

Par L'Economiste | Edition N°:1766 Le 12/05/2004 | Partager

. 314 millions de dollars d’aide en dix ans pour les seules aides extérieures. Sur 60 stations de traitement des eaux usées… 3 ou 4 fonctionnent!. 30 millions de DH pour une décharge moderne, mais c’est la “zebala” qui sert toujoursQui a dit que l’environnement intéressait peu au Maroc? Sur la dernière décennie, une moyenne annuelle de 30 millions de dollars était attribuée à l’environnement marocain (par des organismes internationaux et dans le cadre de la coopération bilatérale), soit 15 fois plus que le ridicule budget alloué par l’Etat pour ce volet. Selon le secrétariat chargé de l’Environnement, la coopération entre le Maroc et les organisations internationales a été très fructueuse pendant cette dernière décennie, particulièrement avec le système des Nations unies et la Banque Mondiale.Avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), la priorité a été donnée à la formulation de politiques et de stratégies nationales, à la promotion d’une gestion durable de l’environnement et des ressources naturelles, au développement des énergies renouvelables et la consolidation des capacités nationales dans la mise en œuvre intégrée des conventions internationales sur le développement durable. Le PNUD alloue près de 2 millions de dollars au Maroc à cet égard.Le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) est le plus important mécanisme multilatéral pour la sauvegarde de l’environnement. Les financements concernent les changements climatiques, la biodiversité, l’appauvrissement de la couche d’ozone, les eaux internationales et les polluants organiques persistants. Le Maroc bénéficie d’un financement de près de 70 millions de dollars. Il est le 8e pays à bénéficier de la plus grosse subvention du FEM. Le Maroc est également impliqué dans le Programme d’assistance technique pour l’environnement méditerranéen (METAP). Lancé en 1989 à l’initiative de la Banque Mondiale en collaboration avec la Banque européenne d’investissement (BEI), le PNUD et la Commission européenne, le Metap est voué au renforcement des capacités en matière de gestion environnementale. Dans ce cadre, le Royaume est impliqué dans le projet régional sur la gestion intégrée des ressources en eau, le projet sur la gestion intégrée des zones côtières et le projet régional pour la gestion des déchets solides.Au niveau de la coopération bilatérale, l’environnement a de plus en plus d’importance. Ainsi, le budget alloué à l’environnement dans le cadre du fonds Meda (fonds d’aide européenne dans le cadre de l’accord d’association) est passé de 0,2% dans le Meda I à 9% dans le Meda II, soit près de 3,4 millions d’euros. Ensuite, dans le cadre de la coopération euro-méditerranéenne, le Maroc bénéficie du programme d’actions prioritaires à court et moyen termes (SMAP). Lequel a été adopté lors de la Conférence ministérielle euro-méditerranéenne sur l’environnement à Helsinki en 1997. Le programme est voué à mener des projets dans la gestion intégrée des déchets, les sites critiques, la gestion intégrée des zones côtières et la lutte contre la désertification.La France participe à des projets environnementaux au Maroc via trois organismes: le service de coopération et d’action culturelle (SCAC), spécialisé dans l’appui institutionnel et le transfert de compétences. L’Agence française de développement est chargée de la mise en œuvre de crédits d’aide publique au développement et assure le secrétariat général du Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM), qui lui soutient le financement de projets visant la protection de la biodiversité, des eaux internationales, et la lutte contre l’effet de serre.L’Agence américaine pour le développement international (USAID) accompagne le Maroc depuis 1994 dans sa lutte environnementale. Le Programme d’assistance technique (PAT), qui bénéficie d’un budget de 12 millions de dollars, est l’un des projets les plus ambitieux. Lancé en 1995, il a permis au Maroc de bénéficier de l’expérience américaine dans le secteur de l’eau. Le PAT comprend trois grands volets: le projet de pérennité des ressources en eau du Maroc (PREM), le projet de protection et de gestion des bassins versants (WPM) et le projet de gestion intégrée des ressources en eau dans le Souss Massa (SWIM).Le Japon n’est pas en reste en matière d’appui technique. “La coopération avec le Japon est destinée à connaître un grand essor dans les années à venir via l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA)”, explique le secrétariat d’Etat chargé de l’Environnement. Le Japon oeuvre pour l’instant pour le transfert de technologies dans le domaine de l’environnement et fournit un soutien aux efforts d’auto-assistance. La coopération japonaise est très présente dans les projets de développement rural. Par contre, côté coopération Sud-Sud, ce n’est pas mirobolant. Dans le cadre de la Ligue arabe, le Maroc a bénéficié d’un fonds de 500.000 dollars pour la réalisation d’une étude sur l’impact du secteur de la poterie artisanale sur l’environnement... et puis c’est tout.


Coopération allemande: Un modèle

LA collaboration maroco-allemande en matière d’environnement est considérée comme un modèle par le secrétariat chargé de l’Environnement. Le Programme de gestion et de protection de l’environnement (PGPE), initié en juillet 2002, fait suite au programme de gestion de l’environnement (PGE). Il a dynamisé la coopération maroco-allemande en intégrant trois dimensions: le renforcement institutionnel, la mise à niveau environnementale et la gestion de l’environnement, pour un budget global de 10 millions d’euros. Ce, sans compter le Fodep (cf. article en page 7) dont l’enveloppe avoisine les 25 millions d’euros. Mouna KADIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc