×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Emploi & Carrière
L’INPT veut former deux fois plus d’ingénieurs

Par L'Economiste | Edition N°:1794 Le 21/06/2004 | Partager

. L’institut va agrandir ses locaux et changer de nom. Dans le pipe également, des masters et d’autres filièresL’Institut national des postes et télécommunications (INPT) compte s’agrandir. Les travaux d’extension démarreront début janvier prochain et dureront trois ans. Budget prévu: 41,5 millions de DH. L’INPT cherche ainsi à augmenter ses effectifs en formation initiale, continue et doctorale. Pour ce qui est de la formation initiale, l’institut entend doubler les inscriptions. Dès 2007, il projette de former 200 ingénieurs au lieu de 100 actuellement. La première promotion agrandie devrait être sur le marché du travail en 2010. “Nous souhaitons répondre à une demande très diversifiée, qui couvre tous les secteurs liés aux technologies de l’information”, indique Charif Chefchaouni, directeur de l’institut. Ainsi, aux quatres spécialisations existantes (télécoms, informatique, microélectronique et multimédia) s’ajouteront deux autres: systèmes d’information et ingénierie d’affaires. “Nous enseignerons même l’économie et la finance liées aux technologies de l’information et nous nous adresserons aux banques, sociétés de télécoms, d’informatique...”, affirme-t-il. D’ailleurs, cette diversification s’accompagnera d’un changement de nom de l’institut, nous confie le directeur de l’INPT, sans fournir de détails.Côté formation continue, “l’idée est de multiplier par quatre nos journées stagiaires”, déclare Charif Chefchaouni. L’INPT, qui est rattaché à l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), réalise aujourd’hui environ 6.000 journées annuelles de formation continue. A court terme, l’institut envisage de monter des licences professionnelles d’une année, qui remplaceront les formations qualifiantes. En fonction de la demande, les cours seront donnés le soir ou en journée. Concernant la formation doctorale enfin, il est prévu de doubler également l’effectif des thésards. Aujourd’hui, l’institut en forme 10 par an et à l’horizon 2010, il souhaite en compter une vingtaine chaque année. “Aujourd’hui, nous préparons les thésards en coopération avec des universités. Nous souhaiterions disposer de nos propres formations doctorales pour être autonomes”, souligne Chefchaouni. Parallèlement, un programme de masters sera initié. Le premier master, technologie du Web, va démarrer en septembre prochain et le second, système d’information, à la rentrée 2005-2006. Leur durée variera d’une année à deux, selon que le participant effectuera son master en cours d’emploi ou non. A partir de la rentrée 2006, un MBA sur les technologies de l’information sera également lancé. Pour l’heure, seuls les tarifs des deux masters sont fixés. Ce sera 70.000 DH. N.B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc