×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

El Jadida: Un vieux cimetière en face de la cité portugaise

Par L'Economiste | Edition N°:1785 Le 08/06/2004 | Partager

. Il a été découvert par des ouvriers lors des travaux d’aménagement de la place HansaliLors des travaux de réaménagement de la place Hansali, des ouvriers ont découvert la semaine dernière des ossements en face de la cité portugaise. Il s’est avéré par la suite que les travaux se faisaient dans un vieux cimetière. En effet, les déblaiements ont révélé l’existence de 5 tombes au moment des creusements de tranchées pour installer des canalisations. D’après les premières constations sur les ossements, le cimetière poserait des problèmes de datation. Mais les premières remarques des spécialistes pencheraient plutôt vers la version d’un cimetière postportugais vers le XVIIIe siècle. Le fort de la cité portugaise a été le théâtre de plusieurs attaques et sièges durant les XVIe et jusqu’au XVIIIe siècle pour libérer l’endroit des occupants étrangers, ce qui pourrait expliquer la présence de ces ossements. Au moment de la découverte, les supputations les plus folles ont circulé parmi une grande foule de curieux agglutinée autour des tranchées. Mais seule une datation au carbone pourrait permettre de délimiter avec une précision relative l’âge des ossements. Dans le voisinage aussi, lors de démolitions des maisons de Derb Deggaga (connu pour ses petites boutiques de bijouterie) une cave inondée a été également découverte. Les premières investigations révèlent l’existence de 2 arcades et des pierres taillées. L’eau persiste encore même après plusieurs tentatives de pompage. Les hypothèses les plus farfelues vont aussi bon train pour cette construction souterraine. Il s’agirait d’une cache pour entreposer des trésors pour les uns. D’un passage secret édifié par les Portugais en liaison avec la cité portugaise pour les autres. Il s’agirait également d’une oubliette pour les prisonniers ennemis. Mais pour le savoir, il faut attendre que la cave soit mise à sec pour donner des attestations avérées, explique Abderrahman Arres, délégué de la culture. De notre correspondant,Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc