×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

El Jadida: La Cité portugaise devient patrimoine mondial

Par L'Economiste | Edition N°:1805 Le 06/07/2004 | Partager

. Un cahier des charges pour les normes de construction et de reconstruction à l’intérieur de la cité. Un plan de gestion qui prend en considération la zone tampon entourant le siteLa Cité portugaise de Mazagan (El Jadida) connaît enfin la consécration mondiale. Un soutien unanime des représentants du Comité du patrimoine mondial qui ont été favorables à l’inscription du site sur leur liste. Le Comité s’est réuni le 30 juin dernier en Chine. Reconnaissance de “la valeur exceptionnelle du site, témoin de l’échange culturel entre le Maroc et l’Europe”. Ce site constitue encore le seul ensemble complet de cet art architectural manuélin conservé en dehors des terres portugaises. Ces remparts imposants défiant le temps sont témoins de l’évolution de l’art des fortifications européennes au XVIe siècle. En préservation, ce bien culturel a donc une valeur historique exceptionnelle. Lors de l’assemblée du Comité de l’Unesco, la représentante du Portugal a soutenu haut et fort la blanche Mazagao qui porte la marque d’un passé commun entre son pays et le Maroc. Cette consécration est le fruit de l’action des autorités locales qui ont inscrit parmi leurs priorités la préparation de la candidature de la Cité portugaise. Une commission s’était chargée depuis des mois d’établir un cahier des charges bien argumenté. Les prescriptions architecturales sont dorénavant des plus précises quant aux normes de construction et de reconstruction à respecter. Le Centre du patrimoine maroco-portugais a établi en juin un plan qui a d’ailleurs accompagné le dossier de candidature. Ce plan s’est basé sur les engagements du Conseil municipal de la ville. Il contient tous les textes et lois juridiques concernant la Cité portugaise, explique Azeddine Karra, directeur du Centre. . Etat d’inventaireCe plan fait également un état d’inventaire de ce site, de ses monuments et constructions historiques. Le cahier des charges et le plan de gestion prennent également en considération la zone tampon entourant la Cité portugaise. Ainsi, sur un rayon de 30 à 60 mètres autour de la cité, il est strictement interdit de construire. La zone alentour s’en trouve du coup sujette à une réglementation draconienne quant aux hauteurs des constructions avoisinantes. Des projets sont en cours pour la restauration des murailles et la façade principale. Ainsi que le pavage de tous les chemins de rondes. La remise en état de la tour de la Porte de la Mer, appelée le Bastion de l’Ange avec sa porte de trahison, est prioritaire. D’ailleurs, les dossiers techniques de cette tour sont déjà réalisés. D’autres projets vont certainement suivre pour la Cité portugaise. Ce tout nouveau label touristique paraîtra à n’en point douter à travers différentes publications dans le monde. En cours d’étude aussi, l’animation à l’intérieur des espaces historiques.


Les sites classés du Maroc

Ce nouveau site d’El Jadida vient s’ajouter aux 6 autres inscrits par le Maroc sur la liste du patrimoine mondial. Il s’agit de la médina de Fès en 1981, la médina de Marrakech en 1985, Ksar Aït Ben Haddou en 1987, la ville historique de Meknès en 1996, la médina de Tétouan en 1997, en plus de Jamaa-El-Fna à Marrakech proclamé par l’Unesco chef-d’oeuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité en 2001.


La Mahdouma

En 1514, les Portugais ont procédé à l’édification d’un château fort après renforcement de la tour originale nommée El Breija. En 1542, ils achèvent la construction des remparts et la salle d’armes a été transformée en une citerne. Le sultan saâdien My Abdallah prend en siège la cité en 1562. Mais ce n’est qu’en 1769, que les Portugais se retirent après le siège du sultan Med Ben Abdallah. La ville bombardée fut depuis appelée la Mahdouma jusqu’en 1820, quand après sa reconstruction, elle fut baptisée El Jadida, la nouvelle ville. Cette dernière a attiré une importante communauté juive, ce qui lui a valu son nom de Mellah. De notre correspondant,Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc