×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Doukkala Abda: Le CRI met la région sur orbite

Par L'Economiste | Edition N°:1665 Le 18/12/2003 | Partager

. Il a organisé une journée d’information à l’intention des investisseurs Marathonienne, mais riche en enseignements. C’est ainsi que l’on peut qualifier la journée organisée, mardi dernier à Safi, par le Centre régional d’investissement de Doukkala Abda.Placée sous le thème «les mécanismes d’appui et de financement au profit des entreprises et coopératives», cette journée a permis à de nombreux opérateurs économiques, industriels et investisseurs de prendre compte des atouts de cette zone. Dans une présentation assez détaillée des potentialités de cette région, Mohamed Yacoubi, directeur du Centre régional d’investissement (CRI) a rappelé que cette partie du Maroc dispose de quatre ports, d’un potentiel minier, de 300 kilomètres de côtes abondantes en ressources halieutiques, de riches terres agricoles et d’importants atouts touristiques. «Il est malheureux de constater cependant que cette région n’a pas été mise en valeur depuis bien longtemps», déclare-t-il. Doukkala Abda, érigée en région administrative et économique depuis le dernier découpage communal, présente aujourd’hui l’aspect d’un territoire dont les ressources sont incommensurables et dont, pourtant, on ne tire que peu de profit. Ce constat a été fait par l’un des intervenants au cours de cette journée. «C’est comme si nous avions un puits mais dont on ne peut abreuvoir nos troupeaux, faute de moyens d’en puiser l’eau». La schématisation est d’un investisseur qui avait quitté la ville de Safi pour aller s’installer dans les environs de Mohammedia. Se déclarant prêt à revenir dans sa région natale, il affirme, qu’aujourd’hui, il a «toutes les raisons de regarder l’avenir avec un réel optimisme, tant les choses sont en train de changer dans le bon sens». L’arrivée d’une nouvelle autorité dans la région et au niveau de la province d’El Jadida d’une part et le démarrage du CRI, ont «stimulé les énergies et mobilisé les volontés pour investir dans la région», affirme un autre industriel dont l’activité est étroitement liée à la production agricole. L’agro-industrie est en effet prépondérante dans cette région, aux côtés des industries de la pêche, chimie et parachimie et l’artisanat. Pour le wali de la région Doukkala Abda et gouverneur de la province de Safi, Larbi Sebbari Hassani, «la région dispose d’importantes structures de base pour accueillir les investissements. Riche de sa côte et de ses deux ports par lesquels transitent 30 % des exportations industrielles nationales, comptant un réseau routier de 3.185 kilomètres, Doukkala Abda ne peut qu’être un pôle d’attrait pour les investisseurs».Trois grands secteurs économiques sont ainsi appelés à se développer davantage dans la région. Le premier secteur est lié à l’exploitation minière, chimie et parachimie, toute l’agro-industrie et enfin les activités de la pêche. C’est que «le potentiel de développement de ces trois grands secteurs n’est pas encore totalement atteint et nous pensons donc qu’il y a encore beaucoup de choses à faire», affirme le wali. C’est dans ce sens que semblent abonder les efforts conjugués des pouvoirs publics et du CRI. La région a besoin de recenser régulièrement les besoins en moyens pour financer les entreprises et, partant, de préparer le terrain aux investisseurs potentiels. Cette action est à même de jouer le rôle de catalyseur des investissements, en ce sens qu’elle permet aux opérateurs de disposer d’une stratégie et d’une vision préétablies avant de se lancer dans un quelconque investissement. En somme, l’intérêt de la démarche réside dans le fait que le CRI leur balise le terrain et prend en charge leur dossier d’investissement, en assure le suivi et les assiste dans toutes leurs démarches. C’est certainement là sa mission. Soit. Mais, au-delà du simple interlocuteur qu’il est censé être, à Safi (où les seules recettes communales s’élèvent annuellement en moyenne à 200 millions de dirhams pour 300.000 habitants), le CRI a préféré et choisi de s’attribuer volontairement d’autres prérogatives: celles notamment d’aller chercher les investisseurs, de les informer, de les guider. Pour son directeur, «la mission du CRI ne doit pas se confiner aux seules tâches d’instruction du dossier d’investissement. Le CRI doit être en quelque sorte un agent au service de la promotion de la région. Les investisseurs ne viendront jamais s’ils ne la connaissent pas et s’ils ne sont pas directement intéressés par ses potentialités. Il faut donc les démarcher comme dans n’importe quelle affaire commerciale». L’appel est lancé et la centaine de participants à cette journée d’information l’a apparemment bien reçu puisqu’ils ont été nombreux à manifester leur volonté de venir s’installer dans la région.


 Fort potentiel productif

Second pôle industriel du Maroc, la région Doukkala Abda est dotée d’un tissu industriel développé, d’une main-d’oeuvre abondante et compte plus de 340 entreprises dont des groupes internationaux. C’est aussi un pôle principal de production minière. Son sous-sol regorge de phosphates, de barytine et de gypse. Ses réserves en phosphates sont estimées à deux milliards de m3 et sont localisées dans le plateau de Guentour près de Safi. Elle dispose également de ressources halieutiques riches et variées dont les principales sont les poissons blancs, les pélagiques, les crustacés et les céphalopodes. En 2003, la valeur commerciale des prises a atteint près de 150 millions de dirhams. En outre, cette région fournit 35 % de la production de l’industrie agroalimentaire nationale.Il est à noter que la région emploie quelque 24.433 personnes dans le seul secteur industriel principalement dans les activités liées à l’exploitation des phosphates. Jamal Eddine HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc