×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Création d’un centre de contrôle des maladies

Par L'Economiste | Edition N°:1864 Le 29/09/2004 | Partager

. Il permettra à l’Europe de mieux se préparer à toute nouvelle épidémieLe commissaire européen à la Santé, David Byrne, a officiellement installé lundi 27 septembre à Stockholm le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM) qui permettra, selon lui, de «mieux se préparer à toute nouvelle épidémie que le XXIe siècle nous réserve».«Les épidémies comme celle du SRAS en 2003 et celle de la grippe aviaire cette année ont servi de sonnette d’alarme. Les maladies infectieuses peuvent poser une menace mortelle et elles ne connaissent aucune frontière», a déclaré Byrne.Le CEPCM «permettra à l’Europe de mieux se préparer à toute nouvelle épidémie que le XXIe siècle nous réserve. Il a également un rôle crucial à jouer pour nous aider à contenir la résurgence alarmante du sida que nous entrevoyons en Europe et à mieux comprendre toute une série de maladies mortelles», a-t-il ajouté. Attribué à la Suède en marge du sommet de Bruxelles en décembre 2003, et approuvé par le Parlement européen le 10 février, le CEPCM sera chargé d’aider les Etats membres à coordonner leurs efforts de lutte contre les épidémies. Il sera financé sur le budget communautaire à hauteur de 4,8 millions d’euros en 2005 pour atteindre 29 millions d’euros en 2007.Le nouvel organisme communautaire n’aura pas de pouvoir réglementaire, mais aura pour mission de «déceler, évaluer et faire connaître les risques actuels et émergents». Il remplace l’actuel système de surveillance épidémiologique des maladies infectieuses mis en place par les Quinze en 1999. Le bureau exécutif du CEPCM devait procéder hier mardi à la nomination de son président et à l’adoption de son programme de travail pour 2005. Y siègent généralement les chefs des services de santé des 25 Etats membres: par exemple, Gilles Brucker, directeur général de l’Institut français de veille sanitaire, Carmen Amela Heras, chef du département d’épidémiologie au ministère espagnol des Affaires sanitaires, ou encore, pour l’exécutif européen, Fernand Sauer, directeur du département de la Santé publique de la Commission.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc