×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Casablanca: Des jeunes diplômés en «droits de l’homme»

Par L'Economiste | Edition N°:1662 Le 15/12/2003 | Partager

. Une formation leur a été dispensée à l’initiative de la délégation catalane . L’expérience sera élargie à d’autres villes à partir de 2004Des jeunes Casablancais issus des différents arrondissements de la ville ont désormais la qualité de diplômés en «droits de l’homme». Des «certificats de participation» leur ont été remis, mercredi dernier au siège de la délégation de la Jeunesse, sous la présidence effective de Roza Maria Pujol, ministre de la Jeunesse de la Catalogne, en reconnaissance de leurs efforts. Ces jeunes ont été formés en matière de droits de l’homme pendant un mois et demi grâce à l’initiative et à l’apport de la délégation du gouvernement de Catalogne au Maroc. La contribution des autres partenaires n’était pas moindre puisque le ministère des Droits de l’Homme a assuré l’encadrement, le Secrétariat d’Etat chargé de la Jeunesse a mis à disposition les structures d’accueil (maisons de jeunes et foyers féminins) et l’association «Les jeunes de la paix» ont animé les séances de formation. Les jeunes des seize arrondissements de la métropole (une quarantaine par arrondissent) ont ainsi bénéficié de cours de formation sur «les droits de l’homme, les valeurs démocratiques et l’associationnisme juvénile». Les cours se sont déroulés dans les maisons de jeunes et foyers féminins. Au total, plus de 500 jeunes adhérant à des associations de quartiers en ont bénéficié. Dans chaque arrondissement, les formateurs ont dispensé l’enseignement durant deux jours avant de se déplacer vers une autre localité pour ainsi faire le tour de tous les arrondissements en 32 jours. C’était Marta Pasqual, responsable des activités associatives en Catalogne, qui a assuré la formation en matière d’associationnisme juvénile tandis que les cadres du ministère se sont occupés de la formation en matière de droits de l’homme. Mais, malheureusement, et selon les déclarations des présidents d’association, ces derniers n’assuraient pas toujours leur quote-part de formation. Ils étaient simplement absents pendant de nombreuses séances. Par contre, Marta Pasqual était assidue. Celle-ci, donnant son cours en catalan, se faisait accompagner d’une collaboratrice qui assurait la traduction en arabe. Elle encourageait les jeunes à adhérer aux associations et à y être actif. Elle mettait aussi l’accent sur les vertus du travail associatif en tant qu’élément essentiel dans la formation de la personnalité des individus et en tant que levier de la citoyenneté. «Au terme de cette formation, vous êtes plus sages, plus mûrs et maître de vous-mêmes», déclarait Angel Colom, délégué du gouvernement catalan à l’assistance lors de la cérémonie de remise des diplômes. «Cette sagesse et cette maîtrise de soi nous oblige individuellement à être meilleur chaque jour, à mettre en commun les valeurs démocratiques, gage de la paix en communauté et à faire valoir le consensus», enchaîne Rosa Maria Pujol. Le délégué était satisfait des résultats. En atteste l’engouement des jeunes et leur enthousiasme envers les séances de formation ainsi que leurs besoins, de plus en plus exprimés, de s’encadrer dans des associations. Ils ont également manifesté un grand intérêt pour le jumelage, à travers leurs associations de quartier, avec des associations étrangères.


Autres étapes, autres villes

La délégation de la Catalogne fera escale dans d’autres villes et prévoit même d’élargir ses séances de formation à la campagne. Un projet dans ce sens est à l’étude avec les autres partenaires (Droits de l’Homme, Jeunesse et Jeunes pour la Paix). Sa mise en application est prévue pour le premier semestre 2004. L’objectif est de «donner l’opportunité aux jeunes des autres villes d’avoir la même formation que leurs homologues casablancais». Au total, une quinzaine de villes seront concernées (Marrakech, Agadir, Essaouira, Rabat…). Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc