×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Casablanca: Aïn Sebaâ veut éradiquer ses bidonvilles

Par L'Economiste | Edition N°:1887 Le 01/11/2004 | Partager

. L’arrondissement abrite la moitié des bidonvillois de la ville. 5 millions de DH pour la réfection du stade Larbi Zaouli Le Conseil de l’arrondissement d’Aïn Sebaâ a présenté récemment son programme de développement au Conseil de la ville. Plusieurs grands projets sont à l’étude. Mais le plus urgent reste celui de la lutte contre les bidonvilles et l’habitat insalubre. “L’arrondissement souffre d’une grande concentration de bidonvilles sur son territoire. La moitié de la population totale y vit et, fait étonnant, la moitié des bidonvillois de Casablanca vivent dans cet arrondissement”, explique Mustapha Ben Chehla, président de l’arrondissement. A cet effet, les responsables visent, en premier lieu, l’éradication du bidonville appelé Douar Bouih. Situé au bord de l’autoroute, il compte plus de 1.600 baraques. Outre ce douar, d’autres concentrations, considérées comme points noirs, sont à liquider. Il s’agit des bidonvilles Krimat et Sidi Abdellah Belhhaj. Dans le même objectif, l’éradication du bidonville “Carrières centrales”, qui comptait 15.000 baraques, se poursuit. La tranche D du projet Hassan II, entamé en 1982, est en cours de réalisation. Les populations de quelque 500 baraques du bidonville Kabla, sont concernées par cette tranche. D’autre part, l’aménagement et la réhabilitation de la zone industrielle d’Oukacha sont aussi prioritaires. Cette zone est pauvre en infrastructures routières et souffre de l’absence de l’éclairage public et de l’assainissement. “Des opérations d’aménagement de voies publiques et réseau d’assainissement ont déjà été réalisées en partenariat avec les industriels. Mais cela reste insuffisant”, souligne le président de l’arrondissement. Quant au stade Larbi Zaouli, fermé depuis un certain temps à cause de problèmes d’étanchéité, il sera réaménagé. Un budget de 5 millions de DH a été réservé à cette opération. Par ailleurs, l’arrondissement compte déplacer la ferraille “Sidi Moumen”. La ville prévoit d’aménager un terrain du côté de Lahraouiyine qui sera destiné à accueillir toutes les ferrailles de Casablanca. Il aura une superficie d’environ une vingtaine d’hectares. A défaut, la ferraille Sidi Moumen sera réorganisée et délocalisée au sein de l’arrondissement. Le programme de développement envisage également le réaménagement de la côte et l’amélioration des eaux de baignade des plages. Il prévoit l’installation d’une station de traitement des eaux usées, en partenariat avec Lydec. Dans le même contexte, le bidonville Abdallah Ben Hssaïn qui compte 300 baraques et qui se trouve sur la côte, sera éradiqué. Deux piscines seront construites dont au moins une sera prête pour l’été 2005. L’arrondissement aura aussi un nouveau siège. Etalé sur une superficie de 5.000 m2, il a nécessité un budget de 35 millions de DH. En plus d’une salle de réunion de 500 places, il dispose d’un espace réservé aux associations. “Le tissu associatif représente un partenaire naturel et majeur pour toutes les actions de l’arrondissement au niveau de la proximité”, insiste Mustapha Ben Chehla. Côté sport et loisirs, en plus de la réouverture du stade Zaouli, le terrain Cosumar sera réaménagé. L’arrondissement compte développer le minifoot. Une vingtaine d’espaces seront aménagés à travers l’arrondissement, en partenariat avec les habitants. Ils seront exclusivement réservés à cette discipline. Le côté culturel n’est pas en reste. Le centre culturel fait actuellement l’objet de travaux de mise à niveau. Près de 600.000 DH ont été réservés à la réfection du théâtre qui compte quelque 400 places. “L’activité culturelle est prioritaire dans ce programme de développement”, souligne Ben Chehla. “Le président du Conseil de la ville a montré une disponibilité exceptionnelle et encourageante quant à la réalisation de ce programme. Suite à plusieurs réunions et visites sur place, des responsables ont été désignés pour assurer le suivi de ces projets”, ajoute-t-il. Mohamed AKISRA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc