×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

British Airways piégée par sa politique de licenciement

Par L'Economiste | Edition N°:1842 Le 30/08/2004 | Partager

. Un trafic perturbé et pas assez de personnel dans les terminauxLes annulations de vols répétées de British Airways (BA) cette semaine, dues à un manque de personnel, nourrissent la polémique sur la politique de réduction de coûts de la compagnie aérienne, à qui l’on reproche d’avoir trop taillé dans ses effectifs depuis trois ans.Des dizaines de vols ont été annulés au départ de l’aéroport d’Heathrow, dans l’ouest de Londres, et de nombreux autres retardés, clouant au sol des milliers de passagers et conduisant la compagnie à faire des excuses à la clientèle.Des problèmes techniques et une grande affluence en cette fin de vacances ont un temps été invoqués pour expliquer la situation, mais, alors que le prochain week-end s’annonce tout aussi difficile, il a bien fallu se rendre à l’évidence. “Il est clair que nous avons fait une erreur, car nous n’avions pas assez de monde dans les terminaux”, a reconnu le directeur général de British Airways, Rod Eddington. Les difficultés survenues cette semaine sont “la preuve de ce que le GMB dit depuis longtemps”, estime un porte-parole de ce syndicat, deuxième parmi le personnel au sol de la compagnie. “Si vous réduisez les coûts de main-d’oeuvre et les effectifs comme BA l’a fait, vous vous exposez à être un peu court en personnel”, poursuit-il. Mis en cause, les quelque 13.000 postes supprimés depuis les attentats du 11 septembre 2001, soit près d’un quart des effectifs de la compagnie. La direction de British Airways se défend d’avoir trop licencié en rappelant la rude concurrence qui règne dans le secteur et le reproche qu’on lui fait régulièrement “de ne pas faire assez pour réduire ses coûts”.“Vraiment, c’est un équilibre difficile à trouver, il est clair qu’il nous faut y parvenir”, a déclaré Rod Eddington, qui, plus tôt dans l’année, a promis aux investisseurs d’économiser encore 300 millions de livres (450 millions d’euros) en coûts de personnel d’ici mars 2006. La compagnie explique ses problèmes de main-d’oeuvre par un grand nombre de départs en retraite survenus cette année. Il lui manquerait en particulier 150 préposés à l’enregistrement des passagers, sur les 2.000 qu’elle emploie habituellement. “Nous avons plus de 200 personnes en formation pour remédier à cette situation”, a assuré Rod Eddington. Une mesure qui vient un peu tard, selon les syndicats.AFP

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected].com
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc