×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Bouznika Bay: Nouvelle étape pour le projet

Par L'Economiste | Edition N°:1892 Le 08/11/2004 | Partager

. Plus de 100 hectares supplémentaires concédés à Capri. L’opération reste toutefois soumise à conditionLes doléances de Capri, la filiale d’Attijariwafa bank spécialisée dans l’aménagement et la promotion immobilière, concernant l’extension de Bouznika Bay auraient en définitive été entendues. L’Administration vient en effet de donner son accord de principe pour la concession, à la société, de 106 hectares supplémentaires. Ils seront destinés en majeure partie à la construction d’un golf de 18 trous et s’ajouteront aux 150 hectares que la société gère actuellement. Ce golf correspond à l’extension de celui de 9 trous déjà existant, considéré par les promoteurs comme peu “attrayant” pour les investisseurs potentiels. L’accord de principe reste toutefois soumis à deux conditions majeures. La première tient à la réalisation, dans les délais prévus, du programme hôtelier de la première phase. Ce dernier a subi de nombreux retards par rapport aux dates annoncées dans le cahier des charges. Pour obtenir la concession, Capri est sommée de respecter les dates de réalisation et d’en présenter de nouvelles. La seconde condition est plus contraignante. Le programme de la deuxième phase présenté par la société d’aménagement immobilier ne correspondrait pas à la vision de l’Administration concernée où il est jugé “peu développé sur le plan touristique”. “Le projet présenté est fortement immobilier”, est-il expliqué auprès de la direction des aménagements et des investissements touristiques. La prédominance de l’immobilier est en contradiction avec les ambitions des gestionnaires de Bouznika Bay. Ceux-là veulent en faire la destination golfique de la région. La première tranche du projet, soit 203 villas de résidence secondaires, a été vendue en totalité. . Mini-plan AzurLes responsables de Capri doivent donc, avant de se voir octroyer les 106 hectares destinés à l’extension du projet, modifier leur programme et disposer de plus d’établissements hôteliers. Il faut rappeler à cet égard que le deuxième pôle prévoyait la construction de deux unités hôtelières de luxe d’une capacité respective de 200 et 125 chambres. Ce qui semble insuffisant par rapport aux ambitions gouvernementales. Pourtant, à Capri, on qualifie le projet de Bouznika Bay de “mini-plan Azur”, en référence au plan gouvernemental d’aménagement de stations balnéaires. La philosophie générale de la conception du site correspondrait à la même vision: aménager le site qui comprend des hôtels, des appartements et des villas et assurer une animation. Ce dernier point a d’ailleurs été une des grandes lacunes du projet depuis son lancement. Les nombreuses difficultés rencontrées par les promoteurs (foncier, assainissement de l’assiette financière, faible attrait pour les investisseurs étrangers) seraient en passe d’être dépassées. Ce qui contribuera certainement à une commercialisation plus aisée du site, qui n’arrive pas encore à atteindre sa vitesse de croisière. Les terrains pour villas sont actuellement vendus à des prix compris entre 2.000 et 3.000 dirhams le mètre carré. L’ambition des responsables est de “structurer l’offre en aménageant le site de façon à le rendre plus attractif pour les investisseurs étrangers”. Les nationaux sont également concernés.A. D.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc