×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

BCP en Bourse
L’OPV démarre aujourd’hui

Par L'Economiste | Edition N°:1794 Le 21/06/2004 | Partager

. Les analystes financiers sont unanimes: Souscrivez à l’OPV!. Potentiel de développement des résultats et bonne capacité de distribution des dividendes. Les particuliers reprennent le chemin des sociétés de Bourse pour s’informerCoup d’envoi aujourd’hui de l’offre publique de vente des 20% du capital de la BCP, qui s’étalera jusqu’au 25 du mois. A L’Economiste, nous recevons depuis lundi dernier beaucoup d’appels de lecteurs intéressé par cette opération. Pour eux, nous avons pris attache avec des analystes financiers de la place pour satisfaire la requête. Ils sont unanimes: souscrivez à l’OPV de la BCP! Le prix d’introduction est correct et offre un potentiel de développement intéressant sur la cote. Ils s’accordent à dire que «le potentiel de croissance du titre BCP est clairement identifié et nous permet de conseiller de souscrire à l’OPV».Les premières notes de recherche confectionnées par les analystes d’Attijariwafa Bank ou encore d’Upline Securities (banque conseil de l’opération et chef de file de placement des titres auprès des institutionnels) confirme ce potentiel. En termes boursiers, «le titre BCP ressort avec des décotes substantielles par rapport au secteur des banques cotées en termes de PER 2004 (-53%) et Price to Book 2004 estimé (- 49%). Par ailleurs, le rendement 2004 estimé est largement au-dessus de la moyenne sectorielle affichant une prime de 16%», souligne l’analyse d’Attijariwafa Bank.BMCE Capital Bourse est également de cet avis. Son DG, Youssef Benkirane, va jusqu’à qualifier «la valeur BCP de séduisante». Il conseille de « participer sans réserve à cette OPV». Sa structure est sur le pied de guerre depuis lundi pour satisfaire les demandes d’informations des clients. Une cellule a été mise en place et le réseau des agences a été sensibilisé à la démarche pour répondre au mieux à ses clients. «Il y a un fort intérêt de nos clients pour cette OPV; des questions sur la quantité à demander, les pièces à présenter et la provision à constituer, reviennent souvent chez la clientèle», commente un chef d’agence. Ce dernier déplore toutefois la difficulté de ses agents à rendre compte des aspects financiers de la BCP pour susciter davantage l’intérêt de la clientèle. «Cela est conséquent à l’absence de chargés d’affaires qui sont sensibles à ses aspects et peuvent même conseiller des arbitrages dynamiques aux clients».    L’opportunité se mesure aussi à travers la capacité du titre à «vivre en Bourse». C’est-à-dire à se maintenir à un cours de référence correct dans un couloir de variation très étroit avec une bonne liquidité. Plusieurs éléments endogènes et exogènes déterminent cela. A commencer par la confiance que portent les investisseurs pour le groupe en fonction de la situation financière, solidité, rentabilité, potentiel de développement et communication transparente. L’analyse d’Upline Securities souligne pour sa part «l’évolution linéaire du PNB de la BCP, soutenue par la croissance des dépôts des MRE ainsi que l’accroissement des excédents de trésorerie des BPR dont la BCP est commissionnaire». En fonction du business plan 2004-2008 établi par la BCP (voir l’édition de L’Economiste du 14 juin 2004), l’analyste d’Upline précise que «le résultat courant est en amélioration linéaire en raison d’une maîtrise des charges d’exploitation bancaire ainsi qu’une gestion dynamique du risque de contrepartie». Le résultat non courant devra également profiter d’une reprise progressive des dotations aux provisions constituées pour le risque fiscal (quelque 1,16 milliard de DH au titre de l’impôt sur les intérêts servis aux MRE et les provisions pour créances en souffrance) et par rapport à la participation du CIH (si toutefois la situation se redresse)». Ainsi, la BCP a la capacité et le potentiel pour atteindre les niveaux des résultats nets prévus dans le business plan sur les 4 prochains exercices: 351 millions de DH en 2004, 390 millions en 2005, 428 millions en 2006 et 465 millions en 2007, Ce qui «augure ainsi une bonne capacité de distribution de dividendes», conclue la note d’Upline.Autre facteur, «les boursicoteurs et les traders sont plus conscients du jeu de marché, notamment le fait d’investir sur le long terme. Et c’est ce qui permet aujourd’hui de consolider la reprise», commente un gestionnaire. Selon lui, «les investisseurs regardent beaucoup plus la capacité de développement des entreprises et leurs performances pour gérer leurs portefeuilles d’actions que les gains qu’ils peuvent engranger sur les opérations au coup par coup». Bouchaïb EL YAFI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc