×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Assurances: Incertitudes sur le risque terroriste

Par L'Economiste | Edition N°:1842 Le 30/08/2004 | Partager

. Les assureurs demandent la restriction de la couverture de ce risque UNE nouvelle réunion des experts des 25 sur l’assurance du transport aérien doit avoir lieu fin septembre à Bruxelles, alors que les assureurs semblent à nouveau vouloir restreindre leur couverture du risque d’attaques terroristes, a annoncé la Commission européenne. «Le groupe s’était réuni au mois de juillet, mais il n’avait pas d’informations assez concrètes» sur les intentions des assureurs, a expliqué un porte-parole de la Commission européenne. «Il doit faire le point sur la situation à nouveau à la fin du mois de septembre», a-t-il ajouté.Selon des sources professionnelles, les assureurs ne veulent plus aujourd’hui assurer les risques liés à l’utilisation d’un avion de ligne pour une attaque nucléaire, chimique, ou bactériologique dans une zone habitée.«Les compagnies aériennes vont continuer de travailler avec la Commission et les Etats pour pallier à la défaillance des assureurs privés», a-t-il ajouté.Le responsable des questions d’assurances de la compagnie allemande Lufthansa, Ralf Oelssner, a averti mardi dernier dans le Financial Times Deutschland que le «trafic aérien mondial pourrait se retrouver complètement bloqué» si «les assureurs révoquent comme prévu leurs clauses sur le terrorisme».Juste après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, les Etats européens avaient déjà été contraints de se substituer aux assureurs pour couvrir les risques liés à l’utilisation d’un avion de ligne par des terroristes comme une arme de destruction.Au bout d’un an environ, les Etats de l’UE avaient mis fin à ces garanties publiques, les compagnies aériennes réussissant à nouveau à s’assurer dans le secteur privé, non sans une spectaculaire augmentation de leurs primes par rapport à l’avant 11 septembre.Suite aux attentats de 2001, la Commission européenne avait proposé la création d’un fonds mondial ou européen pour mutualiser ce risque terroriste et éviter que les compagnies aériennes aient recours à des garanties publiques. Mais le projet était resté lettre morte.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc