×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Arabie saoudite: L’opposition en exil revient à la charge

Par L'Economiste | Edition N°:1918 Le 16/12/2004 | Partager

. Elle accuse le régime de corruption et de déviation des préceptes de l’islam. Et appelle à des manifestations à Riyad et JeddahUn mouvement islamique d’opposition en exil a appelé à des manifestations le jeudi 16 décembre à Riyad et Jeddah pour “changer le régime” saoudien, qu’il accuse de corruption et de déviation des préceptes de l’islam. Le but du chef du Mouvement islamique pour la réforme en Arabie saoudite (Mira), Saad Al-Faqih, est apparemment de rééditer les manifestations qui avaient eu lieu l’an dernier dans le pays. Ces rassemblements avaient constitué une grande première dans un royaume où toute protestation de rue est strictement interdite. “Nous nous attendons à au moins des dizaines de milliers de participants, même avec la mobilisation par le régime de ses forces anti-émeutes, de ses forces spéciales et de sa garde nationale”, a déclaré Faqih à l’AFP depuis Londres. Ce chiffre de “dizaines de milliers” paraît toutefois irréaliste compte tenu du contexte saoudien.En octobre 2003, le mouvement avait ainsi réussi à rassembler quelques centaines de personnes dans plusieurs villes du royaume, un évènement exceptionnel dans ce pays. La brigade anti-émeutes était intervenue pour les disperser à coups de matraque. Selon le ministre de l’Intérieur, le prince Nayef ben Abdel Aziz, 154 personnes avaient été arrêtées dans la seule ville de Riyad. Considéré comme le principal groupe saoudien d’opposition, le Mira, interdit dans le royaume et basé à Londres, prône l’installation d’un régime encore plus fidèle aux préceptes de l’islam que l’actuel régime. Il a été créé en 1996 à la suite de divergences au sein du Comité de défense des droits de l’homme (CDDL), une association d’inspiration islamiste fondée en mai 1993 par des universitaires et des religieux qui reprochent au régime saoudien sa “corruption et ses méthodes antidémocratiques”. Le Mira diffuse depuis plusieurs jours un long communiqué sur sa télévision, “Al-Islah” (la Réforme), et sur son site Internet appelant à des rassemblements dont l’objectif est de “changer totalement le régime (...) sinon dès la première marche, du moins à l’issue de plusieurs marches et activités sur le terrain”. Le texte dresse un tableau très sombre de la situation du pays, “qui renferme les plus grandes réserves de pétrole dans le monde (...) mais s’est transformé en pays lourdement endetté”.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc