×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    240 hectares de forêts partis en fumée à Mdiq

    Par L'Economiste | Edition N°:2833 Le 04/08/2008 | Partager

    . Autant de superficies brûlées en une journée qu’en 7 mois . Août, le mois de tous les dangersComme pour contredire la baisse des incendies de forêts mentionnées dans le bilan officiel (à fin juillet), un brasier s’est déclaré vendredi dernier à Mdiq (Nord), ravageant plus de 240 ha en une nuit. Il aura fallu plusieurs heures d’intervention des équipes de la Gendarmerie royale et de la Protection civile pour venir à bout des flammes avec l’aide de deux canadairs espagnols. Les superficies détruites cette année passent ainsi de 233 à 473 ha, dépassant largement le bilan 2007 (418 ha) à la même période. En effet, selon les chiffres officiels, publiés la semaine dernière par le Haut commissariat aux eaux et forêts, 132 incendies se sont déclarés au niveau national sur une superficie de 233 ha en 2008. L’année dernière, sur la même période, 176 incendies sur 418 ha ont été enregistrés. Ce nouvel incendie vient donc remettre en cause le programme des Eaux et Forêts pour lutter contre les incendies. En effet, un comité spécial est dédié à la lutte contre les incendies. Celui-ci se compose du Haut commissariat aux eaux et forêts et la lutte contre la désertification, la Protection civile, la Gendarmerie royale, les Forces armées royales, les Forces auxiliaires, les forces Air, les autorités et les collectivités locales. De même, le département des Eaux et Forêts a mis les moyens pour combattre ce fléau. Près de 70 véhicules de première intervention sont prêts à intervenir. Le recours aux avions vient en deuxième degré (la Gendarmerie royale a mis à disposition des avions d’une capacité de 1,5 à 3 tonnes). Pour leur part, les Forces auxiliaires apportent leurs concours pour limiter le feu et protéger les populations. En troisième degré, se placent les Forces armées royales. Leur intervention rentre dans le cadre des incendies qui nécessitent l’usage des produits retardant, pour ralentir ou empêcher la propagation des flammes. A signaler qu’un programme de prévention contre les incendies a été également mis en place. Il s’articule autour de trois axes principaux. Le premier concerne la sensibilisation du grand public aux dangers encourus à cause des incendies de forêts, sachant que 95% des incendies sont causés par l’homme. Le second axe se base sur la détection ou d’alerte à travers un réseau de guetteurs et de patrouilles.Mariem OUAZZANI Touhami

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc