×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

1er Mai/partis politiques: La grande récup’

Par L'Economiste | Edition N°:2267 Le 03/05/2006 | Partager

. La fête des travailleurs dédiée… aux responsables politiquesLa traditionnelle fête du 1er Mai a donné lieu à la présence massive des états-majors politiques sur le terrain aux côtés de leurs sympathisants. Du côté de la Fédération démocratique du travail (FDT), organes syndical proche de l’USFP, le slogan était «unissons nos efforts pour la défense de nos droits fondamentaux et nos acquis sociaux». Durant ce rassemblement, Mohamed El Yazghi, secrétaire général de l’USFP, mettait l’accent sur la mission de la FDT en sa qualité de «syndicat moderne porteur d’une nouvelle conception de l’action syndicale». Il ajoutait que «le gouvernement travaille actuellement sur l’élaboration d’un projet en faveur des salariés aussi bien dans le secteur public que privé», et il lançait un appel aux chefs d’entreprise pour le respect du code du travail et du droit syndical. «Une initiative qui renforcera l’acquis de l’AMO», lâchait-il.«Le développement est notre objectif». Tel était le thème choisi par l’Union générale des travailleurs du Maroc pour fêter le 1er mai. Structure d’appui au parti de l’Istiqlal, c’est au quartier de Hay Mohammadi à Casablanca que les leaders politiques et syndicaux ont donné rendez-vous à leurs militants. L’occasion pour Abbas El Fassi, secrétaire général de l’Istiqlal, de délivrer des messages. «L’histoire de la consécration du pluralisme dans notre pays est à méditer car elle est riche d’enseignements. Depuis 1959, le parti de l’Istiqlal est resté uni au même titre que l’UGTM (depuis 1960), et ce, malgré que l’échiquier politique et syndical n’a cessé de s’émietter», précise-t-il. Tout au long de son allocution, le chef de file du parti a utilisé à maintes reprises les mots: avenir et espoir. Il indique que de Tanger à Lagouira, le pays est devenu un vaste chantier (construction de port, autoroutes, aéroports…), que dans le domaine de l’habitat, 100.000 unités sont construites chaque année. Et il ajoutait que pour le tourisme, 6 stations balnéaires sont en cours de réalisation avec à la clé environ 80.000 emplois. Pour clore son discours, Abbas El Fassi revenait sur les positions des Nations unies et du Conseil de sécurité qui ont appelé l’Algérie à la négociation sur le dossier du Sahara. Quant au nouveau secrétaire général de l’UGTM, Mohamed Benjelloune El Andaloussi, il tenait à rendre hommage à Mohamed Ahrouche, Abdelkader Sahraoui et Abderrazak Afilal «qui ont fait la force de l’UGTM». Pour le numéro 1 de la centrale syndicale, «des réformes s’imposent dans notre pays afin que le gouvernement soit comptable devant le peuple et que le Parlement joue pleinement son rôle». Il a plaidé pour «une démocratie véritable comme issue unique devant mener le Royaume vers un développement économique et social juste et durable. La sincérité du changement est à prouver sans délai par des actes».S’il est souvent reproché aux dirigeants politiques de ne pas être assez présent sur le terrain, il est acquis que le 1er Mai se veut une plateforme pour les chefs de partis politiques. En effet, cette fête populaire est une véritable opportunité pour «envahir» la rue, cultiver une image populiste et entretenir un électorat. A défaut de pouvoir (où de vouloir) s’exprimer dans le cadre de grands débats publics, la fête du muguet est restée une tribune politique, verrouillée par les «zaïms». A quand un syndicalisme aux syndicats et la politique… aux responsables politiques! Rachid HALLAOUY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc